Le monde du cinéma est en ébullition : le gouvernement propose une loi sur l'audiovisuel, et l'avenir du 7ème art est en jeu. Le cinéma français bien sûr, mais également des cinéastes du monde entier que notre système permet de financer.

Les enjeux du projet de réforme de l'audiovisuel quant à l'avenir du cinéma 

Demain commencent à Dijon, les rencontrent à la cinématographie, un grand moment de débats pour toute la profession en présence du ministre de la Culture, Franck Riester, quant au destin du cinéma français suite au projet de réforme de l'audiovisuel

Radu Mihaileanu : "Nous ne sommes pas tout à fait d'accord avec ce projet... Il y a deux batailles déjà perdues : cela va passer par décret puis il y a aussi la troisième coupure publicitaire qui massacre les films, ce qui est dommage au niveau concurrentiel dans la mesure où les plateformes de films et séries elles n'ont pas de coupures publicitaires, ce qui fait que les spectateurs risquent de se concentrer plus logiquement vers ces plateformes intactes". 

La question de la publicité c'est aussi la possibilité, pour les films qui vont sortir en salle, de faire leur pub à la télévision. Ça va accentuer la notoriété des gros films américains et films français. Quant aux plus pauvres, les cinémas d'auteurs ne pourront pas avancer autant d'argent sachant qu'on nous donne l'accès de films dans les salles en fonction de leur notoriété. 

Derrière le droit d'auteur, il y a la question du droit moral qui doit se poser : rendre l'auteur libre d'avoir un point de vue sur le monde. 

Ily a aujourd’hui trois modèles d'audiovisuel

  • Celui qui tient uniquement compte du marché, c'est le modèle hollywoodien, 
  • Le modèle chinois, plutôt idéologique
  • Le seul modèle de résistance est le modèle français oùl'auteur, l'artiste est essentiel dans création cinématographique, on écoute ceux qui ont crée et non pas ceux qui ont financé, on respecte la vision du cinéaste et de la production, seuls à avoir l'avis final. 

Mais aujourd'hui, demeure une tendance qu arrive aussi en France malgré la loi : c'est celui qui paie qui impose son point de vue définitif. Pour l'instant, tout le monde va dans notre sens, c'est notre seule façon de nous défendre. 

Traditionnellement en France les chaines de télévision financent le cinéma, qu'en est-il des plateformes (Netflix, Amazon Prime, OCS...) ?

Comment inciter les plateformes à contribuer au financement ? 

Il faut que les plateformes s'alignent sur les droits et obligations de la télévision du pays dans lequel ils se trouvent.

Le gouvernement propose 16 % du chiffre d'affaires : c'est une bonne attention mais c'est inapplicable car d'une part ces acteurs ne sont pas du tout transparents dans leurs chiffres et sont tous basés ailleurs, on ne peut les capter. On voit l’exemple avec Google qui, même si la loi lui impose de payer 3%, refuse de le faire et profite ainsi de sa position dominante pour s'exonérer. Nous, on propose un minimum de garantie par abonnés, déclarer les audiences, une obligation de donner le nombre d'abonnés".

La suite à écouter...

  • Légende du visuel principal: Réforme de l'audiovisuel : quels enjeux pour le cinéma ? © Getty / GregChristman
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.