Le réalisateur du film "Le Concert" représente la profession du cinéma dans les négociations avec Canal + autour de la chronologie des médias et du renouvellement des accords de financement.

Les rencontres cinématographiques de Dijon débutent mercredi. Réalisateurs, producteurs, distributeurs, exploitants (ce sont les salles de cinéma), mais aussi les patrons de chaînes de télé qui font vivre le 7ème art y seront réunis, ministre de la Culture à l’appui. Et ce, dans un climat d’extrême tension et d’extrême inquiétude.

D’un côté, le cinéma français qui voit peser sur son avenir une menace d’une extrême gravité. Canal+ va-t-il demeurer son grand financier.

De l’autre, le cinéma mondial. Des grands noms, Scorsese, Soderbergh, les Frères Cohen, qui signent avec les grandes plates-formes vidéo et du coup, cesseront de sortir en salle.

Seulement voilà, comment voir leurs films sans être abonnés à Netflix, Amazon et autres ?

Bref, entre les géants du web et les grands groupes de télé, c’est tout le modèle qui fait vivre et rayonner le cinéma qui vole en éclats.   

Légende du visuel principal:
Radu Mihaileanu, réalisateur et scénariste français d'origine roumaine, scénariste et réalisateur du "Concert", "La Source des femmes" et "L'Histoire de l'amour" (Deauville - septembre 2016) © AFP / Charly Triballeau
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.