L'enquête fleuve de "Society", coup éditorial de l'été avec 400 000 exemplaires vendus, devient un livre.

Avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès, entrepreneur catho, la cinquantaine fringante, empoisonne et massacre un à un chaque membre de sa famille nombreuse. Puis disparaît à jamais. Porte ouverte à tous les fantasmes et, se faisant, à toutes les dérives médiatiques.

Pour preuve, le naufrage collectif des radios, télés et journaux convaincus en octobre 2019 que la police avait bien retrouvé le quintuple meurtrier. Les journalistes emportés par leur fascination, prenant leur désir pour le réel. La leçon fut cinglante. Pour autant, l’appétit ne s’est point tari. L’été dernier, le quinzomadaire « Society » publie l’enquête que 4 de ses plumes mitonnent depuis des mois. Succès foudroyant en kiosque. Le journal en tire un livre et bientôt beaucoup plus. Ils vont nous le raconter. Mais comment continuer à traiter cette affaire sans tomber du côté obscur de la force ?  

Franck Annese et Pierre Boisson dirigent le groupe So press qui édite Society. Pierre Boisson a coordonné cette enquête signée Pierre Boisson, Maxime Chamoux, Sylvain Gouverneur et Thibault Raisse qui replongent dans cette folie médiatique.

Extraits de l'émission avec les questions posées par Sonia Devillers : 

Une affaire qui obsède ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pierre Boisson : "Cette affaire ne m'obsède pas personnellement dans le sens où je n'ai aucune fascination pour l'affaire Ligonnès, pour l'homme que je trouve médiocre, égocentrique. Elle était plutôt obsédante au moment de l'écriture parce qu'il fallait se mettre à la place des personnages secondaires qui sont les amis de Ligonnès, qui sont les victimes. Les amis qui sont toujours vivants sont aussi des victimes. Les faits divers font toujours plus de victimes qu'on ne le pense. Et ça, c'est assez difficile parce que ça demande beaucoup d'empathie, de se mettre à la place de gens dont la vie s'écroule".

La presse n'a-t-elle pas contribué à en faire un poison mortel ?

Franck Annese : "Non, on a fait attention de ne pas publier quand on estimait qu'on n'était pas en mesure de publier. On a attendu 5 ans, ça s'est fait de manière très sobre. On a écrit un papier de réaction avec les différents intervenants et les parties liées à l'affaire, au moment de Glasgow, pour raconter non pas l'affaire, mais Glasgow, l'impact de fausses retrouvailles de Xavier Dupont de Ligonnès.

Je déteste ce côté fait divers tel que ça l'avait été pour le petit Grégory. C'est l'enfer. Nous, on ne procède pas du tout comme cela, on n'est pas du tout dans le rythme d'une presse quotidienne et d'une presse à scandale qui essaie de ramener un truc un peu nauséabond du fait divers. On est dans une logique de récit et je dirais presque quasiment de livres. L'enquête est écrite comme un livre, avec aussi une éthique très forte. Il y a beaucoup de choses qu'on n'avait pas mises".

Pierre Boisson : "Je pense que, se mettre dans la tête du tueur, c'est la première erreur parce que, moralement, c'est insupportable. C'est même impossible de se mettre dans la tête du tueur. L'important, quand on traite un fait divers, c'est l'éthique et donc ne pas en faire un divertissement. On a pris soin de ne pas parler, par exemple, de la scène de crime. 

La série d'été que les lecteurs se sont arrachés

On en a vendu un peu plus de 400 000 exemplaires et on a procédé à 5 réimpressions. La moyenne de notre diffusion est de 40 000 exemplaires

Pierre Boisson : "Le rejet du fait divers existe depuis que le fait divers existe. Il a toujours été frappé d'illégitimité. Dominique Kalifa, grand historien des faits divers, disait que "les faits divers, c'est le grand fait démocratique". Dans ce fait divers-là, pourquoi des gens le lisent et pourquoi on en vend 400 000 ? Parce que cela ne raconte pas simplement l'histoire d'un criminel, mais tout un contexte social, le carcan moral de ce que peut être grandir dans une famille versaillaise, les années 1980, l'idée de se faire de l'argent rapidement, les petits mensonges de couple, le patriarcat…

Ça raconte trente ans de société française

- Franck Annese

Bientôt une série 

Franck Annese : "On va coproduire une série avec Fédération, un grand fédérateur audiovisuel qui produit énormément de séries. On monte un nouveau partenariat avec eux parce qu'ils se sont mis dans la tête de Xavier Dupont de Ligonnès. Ce qu'on a fait à l'écrit me paraît être beaucoup plus juste, sensible et moralement éthique. Pierre Boisson va être très impliqué artistiquement sur ce sujet pour qu'on soit garants de l'éthique et d'une déontologie".

La fiction n'est-ce pas la tentation de l'extrapolation ? 

Franck Annese : "On n'a rien inventé. C'était très important de documenter des faits réels, on s'est attaché à suivre la réalité. Pourquoi on parle, par exemple, de la vie sexuelle des Ligonnès ? Parce que Agnès, sa femme, publie sur son blog des dizaines et des dizaines de pages où elle exprime sa solitude sociale, sexuelle. Quand je les ai lues, c'était vraiment difficile car c'est le cri d'une femme qui est délaissée, qui est sous l'emprise de son mari, qui n'est pas satisfaite sexuellement et qui l'exprime. Si on le cache, alors que c'est public, on estime que c'est illégitime, que c'est vulgaire, alors que c'est simplement sa parole à elle qu'on essaie de mettre en avant.

Ca raconte un homme manipulateur qui met son ami rétif et sa femme sous une emprise totale et qui, même quand il n'est pas à l'origine de jeux sexuels et qu'il en est presque la victime au départ, il a un désir de pouvoir tel qu'il veut se réapproprier la chose. Ce qui est plus intéressant, ce n'est pas tant le fait qu'il y ait du sexe à trois, c'est lui et les compte-rendus qu'il en fait. Ce n'est pas juste le fait que ces trois personnes aillent coucher ensemble dans une chambre d'hôtel mais c'est un homme qui, à un moment donné, alors qu'il est en position de faiblesse, veut reprendre le contrôle et veut remettre sa femme sous sa coupe"

▶︎ La suite à écouter….

📖 LIRE - Xavier Dupont de Ligonnès, la grande enquête (So press et Marabout) 

  • Légende du visuel principal: L'enquête estivale de Society sur Xavier Dupont de Ligonnès devient un livre © Society
Les invités
L'équipe