Après "The Young Pope" (2016), Paolo Sorrentino poursuit son exploration cynique, pop et baroque des arcanes du Vatican avec la sortie de sa nouvelle série "The New Pope" avec John Malkovich, prévue pour le 13 janvier sur Canal +.

Maître du septième art italien dont les envolées esthétiques composent de grandes fresques politiques, il est le réalisateur au cinéma de La grande Bellezza. Pour la télévision, il a déplié ses visions hallucinées avec une première série de "The Young Pope" avec Jude Law incarnant ce jeune pape solaire, retors et capricieux. 

Une deuxième saison est née avec un nouveau pape magistralement interprété par l'acteur américain John Malkovich, puissant, inamovible, terrassé en même temps par ses fragilités. À travers ce personnage, Paolo Sorrentino poursuit son exploration du pouvoir et de ses névroses les plus intimes

Télescopage de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, de l'éphémère et du séculaire des amours humaines face à l'amour de Dieu. Les contre-cultures entrent au Vatican

The New Pope commence lundi prochain sur Canal . Cécile de France est également au casting, avec Ludivine Sagnier et Silvio Orlando. 

Extraits de l'émission

Je suis passionné par la culture pop et au Vatican on est beaucoup plus joyeux qu'on ne pourrait le croire

Le récit autour d'une culture millénaire

PS : "C'est le grand défi du Vatican : ils ont, au Vatican, une culture bimillénaire. De plus en plus, on doit se confronter, au Vatican aussi, au monde contemporain, à la culture actuelle. 

Un pape ni conservateur ni progressiste 

PS : "Le pape dont il est question dans la série est un pape qui va chercher une solution de compromis en toutes circonstances, il s'inspire d'un cardinal qui a été le théoricien de la voie moyenne médiane, il n'est ni conservateur ni progressiste, il est une espèce de voie du milieu entre ces deux courants. 

John Malkovich est Jean-Paul III dans "The New Pope"
John Malkovich est Jean-Paul III dans "The New Pope" / Gianni Fiorito / Wildside / Italia Sky / Haut et Court TV / Media Produccion

Une série qui explore tous les registres de l'amour malade

PS : "J'ai voulu raconter un pape qui avait un message profondément chrétien, à savoir un message de diffusion de l'amour et qui essaie de faire en sorte qu'on s'arrête juste avant que l'amour devienne pathologique". 

Une histoire sur les rapports de pouvoir liés à la sexualité

PS : "On parle beaucoup de ce besoin des sœurs, elles ont besoin d'être aimées et ce besoin passe par la reconnaissance des droits des femmes".

L’idolâtrie, thème majeur de la série 

PS : "Je pense que l'idolâtrie peut être une autre forme de dégénérescence de l'amour. On est tous confrontés à ça, l'Eglise aussi. C'est un des thèmes fondateurs de notre époque contemporaine. De plus en plus, j'ai le sentiment de voir des formes d'idolâtrie assez marquées qui concernent les hommes, les idées". 

► La suite à écouter...

Aller plus loin

Tous les samedi à 20h, retrouvez Une heure en séries, présenté par Xavier Leherpeur 

  • Légende du visuel principal: Paolo Sorrentino au Festival International de Venise en septembre 2019 © Getty / Mondadori Portfolio
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.