Le journaliste Valentin Gendrot s'est infiltré pendant plus de deux ans au sein de la police parisienne. Il publie un livre de cette enquête : "Flic", paru le 3 septembre aux Editions Goutte d'Or.

C’est LE livre qui heurte, qui cogne et qui chahute en cette rentrée. Au point de déclencher l’ouverture d’une enquête tant les révélations qui sont faites s’avèrent graves. Le quotidien d’un commissariat du 19ème arrondissement de Paris raconté par un ADS, un adjoint de sécurité. Violence et misère omniprésentes. Racisme. Baffes, coups, intimidations, tabassages. Migrants et mineurs en première ligne, il ne fait pas bon d'être faible face à des flics qui se veulent policier « pour (je cite) faire chier ceux qui emmerdent les autres ». Qui parle ? L’un d’entre eux ? Oui et non. Un journaliste de 29 ans qui s’est fait passer deux ans durant pour l’un d’entre eux. Une infiltration comme on dit dans le jargon. Une méthode qui suscite bien des critiques puisqu’elle fait de notre interlocuteur le témoin passif, voire le complice des crimes et délits qu’il décrits. Question aussi quant à la déloyauté du procédé.   

Les invités
L'équipe
Thèmes associés