A l'occasion de la journée spéciale #ToutesFéministes, Sonia Devillers reçoit Katell Pouliquen, directrice de la rédaction de Marie-Claire, et la mannequin Odile Gautreau.

La presse féminine est-elle féministes ?
La presse féminine est-elle féministes ? © Getty / Jean-Marc ZAORSKI

8 mars, 8 personnalités en couv en de Marie-Claire. 8 femmes dont le corps est un message face aux standards de la représentation féminine. Handicap, âge, couleur de peau, formes, poids, tout y passe. En filigrane, l’omniprésence et l’omnipotence de l’image dans la vie des femmes, cernées, bombardées, par l’industrie publicitaire et la presse spécialisée qui, de toute façon, ne s’éloigneront jamais trop l’une de l’autre, tant elles sont liées par un même marché. Avocate, actrice, écrivaine exposées par Marie-Claire… "L’Instant M" a choisi de recevoir, dans cette brillante liste, celle des 8 qui est mannequin, afin d’interroger le cœur de la matrice. Comment fabrique-t-on les normes et les diktats qui gouvernent le corps des femmes ? 

Extraits de l'entretien : 

Odile Gautreau, mannequin et directrice artistique à Marie-Claire :

Le métier de mannequin, à l'origine c'était des corps en vitrine qui n'étaient pas incarnés.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

J'ai un physique considéré comme atypique car différent des physiques normés qu'on a l'habitude de mettre en avant. On a souvent pointé ma différence et ça m'a fait du mal.

Sonia Devillers : "On a l'impression que toutes les marques de lingerie ont opéré un vrai mouvement, c'est là que les corps se montrent le plus..."

Odile Gautreau : "Sur les réseaux sociaux on voit émerger des femmes vraies qui ne cherchent plus à se changer. "

Sonia Devillers : 

N'y a-t-il pas un certain paradoxe de la presse féminine à faire passer sur une page un message d'acceptation de soi et à la page suivante, vanter la qualité d'une crème pour s'affermir ?"

Katell Pouliquen, directrice de la rédaction de Marie-Claire : "Oui, ça a été parfois un peu schizophrène, mais c'est de moins en moins le cas. On est extrêmement vigilants sur ce point, même si on a encore du chemin."

Il faut sortir de cette caricature, nous ne sommes plus obsédés par la minceur !

Katell Pouliquen : "On défend un regard de femme sur le corps féminin, ce qui est essentiel ! On a un rôle à jouer, à Marie-Claire, on reprend le pouvoir en donnant la parole aux femmes sur des sujets tabous comme l'IVG, la ménopause, la dépression post-partum... C'est la noblesse de notre travail."

La suite à écouter...

Les invités
L'équipe