La série "Platane" est de retour pour une troisième saison. Eric Judor y retrouve son double fictif, qui se confronte désormais au monde de la publicité. L'occasion de partager ses sentiments sur la culture comique hier et aujourd'hui.

Il y a déjà eu deux saisons de la série "Platane" sur Canal . C’est la troisième. Métaphore botanique, oblige, elle sera number "Tree" comme l’arbre. Pour le reste, il n’est pas question ici de jardinage, mais d’humour. Eric Judor, c’était le Eric de "Eric et Ramzi". Aujourd’hui, il est, en son nom, réalisateur-laboureur. Il travaille au corps sa terre pour faire pousseur des vannes tout en s’interrogeant sur le rire, sur ses formes et sur ses limites, c’est-à-dire sur l’époque. "Platane" est une gageure

Comment faire une série drôle en enchaînant les blagues pourries, les dialogues tirés par les cheveux et de situations hyper crétines ? Comment faire une série drôle sur un humoriste qui ne l’est plus ? "Platane", état des lieux du comique. Miroir tendu aux enfants de la télé, nés à l’écran et à la vanne dans les années 1990. 

"Platane" commence ce soir sur Canal et c'est déjà disponible en intégralité sur la chaîne. Un grand casting avec notamment Clotilde Courau, Elie Semoun, Gilles Lellouche, Laurent Lafitte ou bien encore le publicitaire Jacques Séguéla, qui est le père, le père absolu de notre génération d'enfants de la télé : 

Qui est le Eric Judor de "Platane" ? 

Eric Judor : "Il a un fond dégueulasse, il est très très sûr de lui. Il a toujours des objectifs qu'il essaie d'atteindre quitte à écraser les autres. C'est un sale mec qui en trafiquant est redoutablement gaffeur. Je pense à Louis de Funès qui jouait souvent un vieux riche con, on l'aimait beaucoup. C'est là que j'ai pu aller chercher des choses émanant de moi, de mon véritable moi sympathique. On a quand même tout un tas d'éléments biographiques qui s'y greffent. Mais ce qui se passe dans "Platane" est très très loin de ma vraie vie". 

C'est quoi, une bonne vanne ? 

"C'est le bon mot, celui qui vient soudain surprendre l'auditoire et qui déclenche le rire, soit à cause de la gêne créée par les mots, soit à cause de la surprise. 

J'ai l'impression que le rire c'est quelque chose qui vient pour désamorcer une tension 

Qu'est-ce qui peut encore faire rire aujourd'hui ? 

Aujourd'hui, je pense qu'il y a des rires multiples. Il y a tellement de niches d'humour que, finalement, il n'y a plus vraiment de gens qui fédèrent en prenant des risques dans l'humour. Parce que fédérer pour faire sourire les gens, c'est facile, mais pour faire éclater de rire les gens, c'est d'autant plus difficile que je pense vraiment qu'il y en a de moins en moins. Et pour la bonne et simple raison que c'est trop risqué parce qu'on va heurter une communauté, une ethnie ou une classe sociale. 

Plus personne ne prend de risque aujourd'hui

On essaie vraiment de toucher tous les sujets qui pourraient choquer. En réalité, je le fais ni pour choquer, ni pour provoquer quelque chose ou me dire que là ça va parler de moi. Ce sont des sujets qui me font rire s'ils sont traités avec distance. Comme ce sont des sujets forts et tabous, la vanne est toute prête à être faite. 

J'ai l'impression d'être un artisan, de construire seul ma petite table basse sans avoir vraiment eu de formation. Il y a des aspérités, il y a des pieds qui ne sont pas de la même hauteur mais ça me plaît d'avoir un objet inégal, imparfait, en humour.- J'ai l'impression de toucher plusieurs petites formes d'humour dans "Platane" : le burlesque, le grotesque, le grossier, le subtil, l'absurde. Tout ce qui me fait rire ! C'est une sorte de grand sac, de fourre-tout de noël. 

L'humour vieillit-il mal ? 

C'était sympa avant, mais je ne vois pas de grande différence. Peut-être qu'on est plus vite enterré aujourd'hui, je pense que les gens qui émergent peuvent disparaître l'année prochaine... 

Le public peut vous adorer, il peut attendre un an, deux ans, cinq ans, dix ans et peut vous massacrer, vous oublier tout de suite

L'humour des années 1990 est certainement dépassé, y compris celui des années 2000, 2010. J'ai l'impression que ça va tellement vite que tous les deux ou trois ans, il y a une autre forme de culture comique, un autre débit, un autre rythme. Ça va très vite ! Quand je regarde "H", maintenant, il y a un petit charme, de la spontanéité, mais dans le rythme, si on regarde ça dans un exercice de réflexion comique, c'est très long. 

La suite à écouter... 

  • Légende du visuel principal: Eric Judor en novembre 2018 © Getty / Pascal Le Segretain
Les invités
  • Eric JudorHumoriste, acteur, réalisateur, et scénariste français
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.