La nouvelle série originale de Canal + nous plonge au cœur du GEPAN, un service dédié aux ovnis dans les années 1970. Et réinvente avec humour et poésie le folklore de la science-fiction à la française.

Imaginez un ingénieur en aérospatial de haut vol - sans mauvais jeu de mot - à qui il arrive une grosse tuile : sa fusée explose au décollage. Le voici placardisé au GEPAN, bureau fantomatique dédié aux enquêtes sur les OVNI. La section qui encombre le ministre, l’équipe qui ramasse les quolibets de toute la profession. 

La France de 1978 croit-elle aux extra-terrestres ? On connaît la psyché américaine sur les rencontres du 3ème type, moins le folklore hexagonal de ces années toutes entières tournées vers l’infini et au-delà. Deux jeunes scénaristes de chez nous, qui ont bouffé de la télé et de la série B américaine, en ont tiré une série, loufoque et abracadabrantesque, intitulée OVNI et on a bien ri. Parce que les flamands roses y portent des noms de pharaons et que les petits garçons surnomment leur zizi « Pompidou » ! Ohh !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Daphne Patakia, Melvil Poupaud, et Quentin Dolmaire dans OVNI(s) - Saison 1 © Nicolas Velter / Montebello Productions / Canal+
Les invités
L'équipe