En 2018, l'ingénieur Christopher Wylie révèle l'utilisation de données personnelles de dizaines de millions d'utilisateurs Facebook par la société Cambridge Analytica. Deux ans plus tard, le lanceur d'alerte canadien publie "Mindfuck", un livre qui revient sur les origines d'un scandale politique.

Cambridge Analytica a été créée en 2013. Voici une société spécialisée dans l’analyse des données à des fins de stratégie politique. 

2018, Cambridge Analytica se retrouve au cœur d’un scandale planétaire pour avoir aspiré les données de plusieurs millions d’utilisateurs de Facebook, au service de l’extrême droite américaine et des pro-Brexit. La société sera mise en faillite. 

Le livre dont nous vous parlons ce matin est une confession. Celui qui a élaboré le système se repend des dégâts engendrés sur la démocratie. Son algorithme permettait de définir le profil psychologique de citoyens à partir de ce qu’ils partagent librement sur Facebook, c’est-à-dire comme nous tous, nos amitiés, nos photos, nos coups de cœur et nos coups de gueule. Cambridge Analytica a offert à Donald Trump les clés de nos cerveaux, dans un but bien précis : cibler les électeurs considérés comme étant les plus paranoïaques.  

📖 LIRE - "Mindfuck", de Christopher Wylie, chez Grasset

  • Légende du visuel principal: Le lanceur d'alerte canadien Christopher Wylie à l'origine du scandale Cambridge Analytica, ici en mars 2020 © AFP / THOMAS SAMSON
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.