Atteint d’un cancer d’un poumon, le réalisateur Christophe Otzenberger a demandé à la réalisatrice Stéphane Mercurio de le filmer en train de filmer son dernier documentaire, au cœur de l’hôpital dans lequel il était traité.

Sacré documentariste Christophe Otzenberger. Son regard délavé, ses cheveux en bataille, sa toux de fumeur, ses documentaires politiques que nul n’a oubliés, ses films sur les gens, les petites gens, leurs peurs et leurs petits rêves qui font de grandes vies. Otzenberger était en train de mourir, un cancer allait bientôt l’emporter. Alors il a voulu comprendre :

Comment vit-on avec la maladie ?

Il a filmé ceux qui en sont atteints et qui se savent condamnés. Il a voulu les écouter.

Il a voulu, lui aussi, se raconter. Il n’était pas bien sûr de pouvoir terminer son projet. Il a demandé à une autre réalisatrice de travailler avec lui. Elle l’a filmé en train de filmer.

C’est l’histoire d’un documentaire en train de se faire, la mort en ligne de mire. La nôtre un jour, celle des êtres chers que nous avons vus souffrir et partir. Nous tous cherchons des mots pour approcher l’insurmontable. Otzenberger nous les donne sur Arte. Et il se marre Otzenberger, il clope et il se marre.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.