Le journal Libération, dont deux journalistes étaient membres de la Ligue du Lol, consacre sa une du jour à l'affaire. Rappel des faits avec Christophe Israël, directeur adjoint de la rédaction du journal.

Poussée de fièvre, hier, dans les milieux du journalisme et de la communication à Paris. La publication, vendredi, d’un article de Libération sur la Ligue du Lol, un groupe Facebook particulièrement actif autour de 2010, dont certains membres se sont parallèlement rendus coupables d’injures, d'usurpation d’identité et de harcèlement, a poussé les victimes à témoigner et les impétrants à s’expliquer. 

Libération a hier suspendu Alexandre Hervaud, son chef de service web et Vincent Glad, pigiste. Le média en ligne Brain suspend sa collaboration avec le même Vincent Glad, créateur de Ligue du Lol. David Doucet, rédacteur en chef aux Inrockuptibles, a été mis à pied, une procédure de licenciement a été engagée pour faute grave. Renaud Loubert-Aledo, salarié de l’agence Publicis Consultant, également mis à pied. Stephen des Aulnois, rédacteur en chef et fondateur du Tag Parfait, se retire de son poste. Nouvelles Ecoutes cesse sa collaboration avec Guilhem Malissen, bien que celui-ci ait, à ma connaissance exprimé depuis longtemps sa lucidité et ses regrets quand d’autres ont attendu que l’affaire éclate pour en avoir. Enfin, Slate a entamé hier la publication d’une série d’articles sur la Ligue du Lol en excluant de leur supervision, Christophe Carron, directeur de la rédaction du site, qui a fait partie du groupe. 

Légende du visuel principal:
Logo Libération dans les locaux du journal © Maxppp / Marlène Awaad
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.