Guillaume Benech, lycéen, lance "Le P'tit Mardi Magazine", un journal d'actualité bimestriel écrit par des adolescents de 16 à 19 ans.

Guillaume Benech, 16 ans, lance son journal
Guillaume Benech, 16 ans, lance son journal © Getty / Kay-Paris Fernandes

Allez, pour une fois qu’on ne va pas se lamenter sur une jeunesse qui piétine l’orthographe, se goinfre de vidéos Youtube, conchie les médias, ne lit un livre que sous la menace physique, alors un journal, n’en parlons pas ! Ils ont tous moins de vingt ans et ils ont choisi le papier – oui, j’ai bien dit l’encre et le papier – pour imprimer leur magazine culturel à grande échelle. Guillaume Benech, le chef de bande et éditeur est en terminale. Il a déjà publié trois romans. Feuilletons avec lui son canard, « L’Petit Mardi » qui sort en kiosque aujourd’hui. En se demandant à quoi sert la jeunesse si elle fait résolument comme ses aînés !

► Le site du P'tit mardi

Les brèves de L'Instant M :

  • Qui est la personnalité la plus citée dans les journaux télévisée en dehors des hommes politiques pendant l’année 2016 ? François Molins, le procureur de Paris. Et pour cause, l’INA vient de publier son décompte annuel. 2016 : attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray, assassinat des policiers de Magnanville, fusillade d'Orlando, attaques en Allemagne et en Belgique, le terrorisme a été le thème le plus abordé dans les JT avec 3.052 sujets, soit 10,6 % de l'offre globale d'information.
  • Patatras ! C’est le bruit sourd du marché de la télévision en train de s’écrouler. Je ne vous parle pas des audiences, mais des téléviseurs. Depuis le début de l’année, les ventes ont été divisées par deux. Le secteur avait été dopé un temps par les écrans plats, mais la concurrence des programmes regardés sur ordi ou sur tablette ont raison de cet objet qui s’est répandu dans nos salons à mesure des 30 glorieuses !
  • Il s’appelle Alain Etoundi. Il est cinéaste. Il s’est vu refuser les financements pour monter son film. Il n’est pas le seul. Peut-être que son projet est mauvais. En attendant, il a posté sur Facebook une vidéo enragée, titrée Allez vous faire enfilmer. Il s’en prend au CNC et aux chaînes de télé qui préachètent les films. 1,6 millions de vues en 3 jours. Et il y a derrière sa colère un sujet passionnant. La place et la représentation des noirs dans le cinéma français. La guerre aux stéréotypes. Et la parole à une jeunesse française noire nourrie à la culture américaine parce que chez nous, elle ne se voit pas ou bien elle se voit mal.
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.