Plus d'un siècle les séparent, Drumont et Zemmour, journalistes et polémistes, "La France juive" (1886) et "Le suicide français" (1994), il occupent la même omniprésence dans l'espace public et dans son dernier livre, l'historien Gérard Noiriel a voulu comprendre cette grammaire commune chez les deux hommes.

Un même usage du scandale. Pourtant leur obsession diffère : les juifs pour Drumont, Les musulmans pour Zemmour. L'historien, directeur des études à l’EHESS et spécialiste de l’immigration en France Gérard Noiriel vient de faire paraître son dernier livre Le venin dans la plume. Édouard Drumont, Eric Zemmour et la part sombre de la République (La Découverte) dans lequel il s'est interrogé sur l'existence d'une vision commune de l'histoire entre les deux pamphlétaires, si les deux hommes n'auraient pas un art commun de faire peur et d'avoir toujours raison, en quoi leur rhétorique est-elle le fruit d'un système médiatique et pour cela l'historien a questionné la façon dont les journaux puis la télévision ont structuré le sens commun, faisant des journalistes des voix bien plus puissantes que les historiens. 

  • Légende du visuel principal: L'historien Gérard Noiriel vient de sortir "Le venin dans la plume. Édouard Drumont, Eric Zemmour et la part sombre de la République" © AFP / LIONEL BONAVENTURE
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.