Stéphane Bern et "Secrets d'Histoire" se penchent ce soir sur les "favoris" de Marie-Antoinette. Une occasion de revisiter Versailles, la mode, les demeures, le faste de l'époque sous toutes ses coutures mais aussi d'interroger les manières de faire l'histoire à la télévision.

Stéphane Bern au Louvre pour l'émission "Secrets d'histoire" aux côtés du tableau de Léonard de Vinci, La Joconde, octobre 2019
Stéphane Bern au Louvre pour l'émission "Secrets d'histoire" aux côtés du tableau de Léonard de Vinci, La Joconde, octobre 2019 © Maxppp / LE PARISIEN

Stéphane Bern persiste et signe, aucun homme politique de gauche ni affreux historien marxiste n'aura qu'on se le dise la peau de "Secrets d'histoire". À l'antenne depuis maintenant 13 ans, le magazine fait fit des critiques sur sa vision de l'histoire : individualiste, conservatrice, dévouée aux têtes couronnées et un roman national désuet. Il revient avec un portrait au demeurant fort bien fait de Marie-Antoinette et de son petit cercle. Coteries hors sol et hors du temps, multipliant les dépenses et les transgressions sans entendre la France qui gronde. 

L'occasion de revenir aussi sur l’actualité qui a marqué la monarchie britannique. Voici quelques extraits de l'émission : 

Monarchie britannique : le prince Harry et Mégane Marken ont déclenché un tsunami médiatique

Stéphane Bern : "Le prince Harry est sixième dans l'ordre de succession au trône, il n'y a donc aucun enjeu politique ou constitutionnel si ce n'est que, psychologiquement, cela qui ne passe pas. Toute la presse unanime : on n'a pas le droit de quitter la reine [...] Comme le phénomène du Brexit, on veut être dedans et dehors à la fois : on veut continuer à être membre de la famille royale, à jouir des privilèges et, dans le même temps, on veut aller gagner son indépendance financière en travaillant... Mais quand vous épousez le prince Harry, vous épousez 66 millions de sujets britanniques qui, tous les matins, vont dévorer vos faits et gestes". 

Les favoris de Marie-Antoinette

Stéphane Bern : "Ce qui m'intéressait dans cette émission consacrée à la coterie de la reine, c'est de voir comment le pouvoir peut vous isoler, comment, pour vous protéger, gagner votre liberté, vous décidez de vous entourer de gens qui vous sont favorables, d'une petite cour, d'une coterie qui vous isole et qui finit par vous rendre hors sol, et qui fait que vous êtes complètement déconnectée de la réalité".

Une vision de la reine et un contexte biaisés ? 

Stéphane Bern : "Ce n'est pas le sujet. J'ai déjà fait une émission sur Marie-Antoinette, un vrai portrait d'elle dans le contexte de la Révolution. Mais là, c'est une émission sur la coterie de la reine, et les personnages centraux, ce n'est pas Marie-Antoinette, c'est la princesse de Lamballe, madame de Polignac ou encore Axel de Fersen. C'est cette coterie qui m'intéresse. C'est en quelque sorte le deuxième volet sur ses amitiés un peu étranges, car ils étaient aussi des people avant l'heure, enfermés dans un système qui les broie, ils faisaient aliénation de leur vie privée et réclamaient la liberté d'être heureux. 

Chaque fois que je fais des émissions sur les révolutionnaires, sur les peintres, sur Clemenceau, ça marche moins bien... C'est injuste mais le public a le droit de choisir

La suite à écouter...

L'émission Secrets d'Histoire, Les favoris de Marie-Antoinette, à retrouver ici

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.