Jérôme Pierrat, journaliste spécialisé dans les dossiers du grand banditisme, livre pour France 3 une enquête sur l'OM et le milieu : racket, intimidations et association de malfaiteurs au coeur du club de foot le plus populaire de France.

Le commun des mortels n’a jamais rien compris au mercato du ballon rond. Des heures et des heures de tractations pour qu’un joueur change de club. Des intermédiaires à la pelle, des sommes vertigineuses énoncées dans les médias, mais au final on ne sait pas qui touche quoi. La seule chose que l'on imagine, c’est à quel point cet argent attire les convoitises. Un journaliste d’investigation, spécialiste à la fois du grand banditisme, s’est penché sur l’Olympique de Marseille. Ou comment le Milieu s’est introduit dans les transferts de joueurs, avec les complicités des dirigeants du club. Cascade de mises en examen dans un club au casier judiciaire lourd, tant y ont travaillé des hommes, par le passé, déjà maintes fois condamnés.    

Olympique de Marseille : quand le milieu faisait la loi, une enquête de Jérôme Pierrat à retrouver ce soir à 23h05, sur France 3, dans le cadre du magazine "Pièces à conviction"

Les brèves de L'Instant M

  • Il aura fallu près de deux ans pour que ces deux entreprises puissent fusionner : AT&T, géant de l’Internet et de la téléphonie, épouse Time Warner, propriétaire de CNN, de HBO (la chaîne câblée des grandes séries) et les studios de cinéma Warner Bros. A eux deux, ils pèsent 275 milliards de dollars. Donald Trump s’était opposé publiquement à cette union qui, il est vrai, accélère la concentration du secteur. Mais on l’a suspecté d’utiliser aussi la loi anti-trust pour faire taire ses opposants, le président américain cognant sans cesse sur CNN. 
  • Deuxième défaite en justice pour Vincent Bolloré qui demandait 50 millions d’euros de dommages à France 2, suite à la diffusion de l’enquête signée Tristan Waleckx. Le tribunal de commerce l’a débouté, et ce après qu’une autre cour, celle de Nanterre ait, la semaine dernière, contredit la plainte en diffamation déposée par l’homme d’affaires. Il reste une troisième procédure au Cameroun. Par ailleurs, mais les sujets sont liés, vous pouvez lire, dès ce matin, la tribune signée par de nombreux journalistes, ONG et syndicats contre la loi sur le secret des affaires. On en parle demain, évidemment dans L’Instant M
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.