La loi sur le secret des affaires va-t-elle faire barrage à la liberté d'expression ? Offrira-t-elle aux entreprises des outils pour bâillonner les journalistes ? Le vote commence ce matin à l'Assemblée.

La directive européenne sur le secret des affaires donne lieu à une loi française votée aujourd’hui à l’Assemblé Nationale. Elle vise à protéger les entreprises contre le vol ou la divulgation d’une recette, d’un brevet, d’un secret de fabrication, d’une donnée économique stratégique ou d’un document interne. Elle est nécessaire. L’espionnage économique toujours plus sophistiqué est une menace bien réelle. Reste à faire la différence entre une donnée volée par la concurrence et une pratique ou un chiffre révélé par la presse. Les journalistes ne sont pas payés par les rivaux d’une multinationale, les lanceurs d’alerte ne sont pas des agents doubles. Les uns et les autres prennent des risques pour informer les citoyens de choses qui nous concernent tous. Cette loi est risque-t-elle de les bâillonner ?     

Deux invités pour soulever un à un les problèmes qu’engendre ce texte de loi et montrer que ce n’est pas qu'une affaire de journalistes entre eux – qui défendent leur pré carré, mais que tous les citoyens sont concernés : Virginie Marquet, avocate en droit de la presse et des médias, et Jean-Pierre Canet, journaliste d’investigation, auteur d’une  récente enquête sur Vincent Bolloré. 

Tous deux sont membres du collectif « Informer n’est pas un délit » qui a fait paraître hier dans Libération une très longue tribune titrée Secret des affaires : monsieur le Président, en marche vers la censure ?. Elle est signée des rédactions de BFM TV, RMC, Europe 1, France 2, France 3, Le Parisien, Le Point, L’Obs, TF1 ... Bref, le spectre est large, c’est rare de voir Les Echos et Fakir, le média de François Ruffin, réunis dans un même combat !

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.