La semaine dernière, Klubradio, la première radio indépendante du pays, a cessé d’émettre sur les ondes, et bascule sur le web. Une voix discordante muselée par le gouvernement Orban.

Hier soir, Klub Radio s’est tue à Budapest. On vous raconte cette radio indépendante de gauche à qui le gouvernement, après des mois d’acharnement, a réussi à retirer sa licence. On vous raconte les grands quotidiens du pays tombés aux mains des oligarques amis. On vous raconte les médias en ligne dont l’intégralité des journalistes ont fini par démissionner. On vous raconte un genre de Facebook 100% hongrois qui fait la part belle au complotisme. On vous raconte l’agence de presse que le premier ministre, Viktor Orban, s’est créé sur mesure pour diffuser. On vous raconte comment un pays, membre de l’Union européenne, remplace l’information par la propagande.     

  • Légende du visuel principal: En Hongrie, la liberté de la presse plus que jamais menacée. Ici une photo de Andras Arato, président de la station de radio hongroise indépendante "Klubradio", Budapest, 9 février 202 © AFP / ATTILA KISBENEDEK
Les invités
L'équipe