Trois jours que la rédaction du quotidien négocie la sauvegarde de son indépendance auprès de son puissant actionnaire, Matthieu Pigasse.

Crise ouverte au journal « Le Monde ». Ouverte parce que dûment médiatisée par la rédaction qui a rendu public son bras de fer avec l’un de ses actionnaires. Retour en arrière. 2010, Le Monde étranglé par les dettes se vend à un trio multimillionnaire : Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse. Pierre Bergé est mort. Xavier Niel et Matthieu Pigasse co-controlent donc le groupe de presse. Sauf que sans prévenir personne, Matthieu Pigasse vend la moitié de ses actifs à un industriel tchèque. Mis devant le fait accompli et très inquiets de leur avenir, les journalistes demandent à leurs propriétaires de leur accorder un droit de véto sur les prochains changements d’actionnaires. Xaviel Niel a signé. Matthieu Pigasse dit au Figaro qu’il ne signera pas. Il avait jusqu’à mardi minuit. Depuis, plus rien n’est sorti.

  • Légende du visuel principal: Comment Le Monde fait pression sur ses actionnaires ? © Getty / Clement Bartringer
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.