Quatre ans après son "P’tit Quinquin" diffusé sur Arte, Bruno Dumont signe la suite, "Coincoin et les Z’inhumains", une enquête policière burlesque sur la Côte d'Opale.

Bruno Dumont est cinéaste. Auteur de La Vie de Jésus et de L’Humanité (retenez bien ce titre, L’Humanité). 

Bruno Dumont a déployé une œuvre âpre, crue, aux prises avec le réel et pas n’importe lequel. Les gens et les paysages du Nord, inépuisable matière à images, à récits, à fictions pour celui qui fait jouer les habitants tels qu’ils sont. 

Et puis un jour, Dumont a signé une série pour Arte, _P’tit Quinquin_, c’était drôle, inattendu, ça ressemblait à tout sauf à de la télé et ça a eu un grand succès. 

Ce soir, la suite. P’tit Quinquin a grandi. Il est Coincoin et dans la fable qui porte son nom, il se coltine des Z’Inhumains. Oh, bien sûr, il y a des gendarmes, des agriculteurs, des curés, des fachos et des migrants. Mais cette humanité-là (vous voyez, on y revient) s’avère bousculée, souillée, sublimée, par des clones, des soldats napoléoniens, des zombies et des flaques de bouse gluantes qui tombent du ciel. 

De quoi sont-elles le nom ces grosses merdes ? Eh bah de rien, peut-être. Magie de la farce. Allez donc savoir si vous y trouverez une morale !

Légende du visuel principal:
"CoinCoin et les Z'inhumains", la nouvelle série de Brunot Dumont (2018), avec les personnages de P'tit Quinquin (2014) © Photo Christophe Verheeck, Copyright Roger Arpajou
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.