En 1968, René Backmann alors jeune journaliste au Nouvel Observateur, était le seul à couvrir le mouvement du 22 mars à Nanterre.

Voici le 3ème épisode de notre série consacrée aux médias aux prises avec cette année révoltée. Lundi, ce fut l’ORTF. Mardi, les radios reines, Europe 1 et RTL. Ce matin, plongée au cœur du « Nouvel Observateur ». Comment ont réagi les grands journaux de l’époque ? Les rédactions étaient-elles à l’unisson ou chahutées, elles aussi, par des conflits politiques internes ? Comment la crème des cartes de presse a-t-elle perçu le mouvement étudiant ?     

Les brèves de l'Instant M

Cette année si fertile en création de nouveaux médias voit encore naître un nouveau magazine papier. Il s’appelle « Vraiment », il promet de faire se confronter les idées et de se pencher sur les grandes transformations de l’époque. De fait, ils démarrent avec des sujets moins rebattus, plus originaux que leurs camarades d'« Ebdo » qui se sont lancés mi-janvier. Mais « Vraiment » ne prend pas, comme Ebdo, le risque de faire de l’investigation, de traquer la révélation. Alors l’enquête à la sauce "Ebdo" a pu susciter moult critiques (vous vous en souvenez sur Nicolas Hulot. Pour ma part, j’avais des réserves dès le 1er numéro sur celle consacrée à la SNCF). Mais rappelons-le néanmoins : c’est noble, c’est dur et c’est courageux d’en financer et d’oser en publier quand on est un jeune journal. « Ebdo » y résistera-t-il ? Pas sûr. Les troupes étaient réunies hier. Avec moins de 10 000 ventes par semaine et 8 000 abonnés, le magazine est financièrement menacé…   

Avant de plonger dans les archives du « Nouvel Observateur », je vous propose un détour par la photo en 1968. L’excellente revue "Polka", dont le dernier numéro vient de sortir en kiosque consacre un beau papier au club des 30-40. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.