La série politique "Baron noir" revient avec une saison 2 inédite, ce lundi sur Canal +.

Kad Mehrad et François Morel sur le tournage de Baron noir au Marché des douves à Bordeaux
Kad Mehrad et François Morel sur le tournage de Baron noir au Marché des douves à Bordeaux © Maxppp / Cottereau Fabien

Reprenons des mots qui ne sont pas les miens. Ceux de Claude Askolovitch, journaliste à Slate, avant de rejoindre France Inter. De « Baron Noir », saison 1, il écrivait « rien n’est vrai, tout est réel ». De « Baron Noir » saison 2, je dirai, tout est réel jusqu’au vertige. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas,  cette série est une magistrale leçon de politique contemporaine. Ce n’est pas une fiction à clés. 

C’est une fiction qui nous donne les clés de la reconfiguration électorale

De ses récits et de ses ressorts. « Baron Noir » commence ce soir sur Canal+, le début est un peu hésitant, il ne vous prendra pas aux tripes. Poursuivez. A la fin, mordu, vous aurez tout compris de ce qui vient de nous arriver et que nous sommes nombreux à ne pas avoir encore complètement intégré. Comme son personnage pivot, chantre du monde dans lequel nous avons grandi, celui des  grands partis.  

Les invités
L'équipe