Railleries, éditos féroces, caricatures, "L’Instant M" remonte le temps de ces attaques personnelles dans la presse, et des procès qu’elles ont engendrés pour crime de lèse-majesté. Aujourd'hui, la riposte du président de Gaulle face aux attaques de la presse d'extrême-droite.

Charles De Gaulle en 1969
Charles De Gaulle en 1969 © Getty / Henri Bureau/Sygma/Corbis/VCG

Nous avons choisi de consacrer deux épisodes entiers à Charles de Gaulle tant le général va utiliser le délit d’offense comme arme politique face aux coups de pilon de l’extrême-droite. Alors censure ou légitime défense ? 

Au cours de cette période, les juges sont confrontés à une tâche délicate : vérifier si le journaliste, le dessinateur, le caricaturiste ou le chansonnier abusent de leur liberté d’expression artistique en dépassant les limites inhérentes mêmes au droit à l’humour. Une part de subjectivité dont témoigne la jurisprudence de la XVIIème chambre correctionnelle de Paris.

L'année 1965 marque un tournant "illibéral"

Suite à un article dans Minute se déroule le procès très médiatique de l'écrivain Jacques Laurent, qui mobilise écrivains et journalistes contre ce qu’il estime être un procès politique. Son procès est une reprise du conflit ancestral entre la liberté, représentée par les écrivains, et la répression, représentée par les juges. 

Sous De Gaulle, les caricaturistes sont particulièrement visés par les procès pour offense : ils s'appellent Ben, Coral ou Pierre Pinatel, et partagent un même acharnement contre le président de la République, dont ils ne pardonnent pas la politique algérienne. 

Dans ce quatrième épisode, Olivier Beaud revient aussi sur les cas spécifiques de Minute et Rivarol, particulièrement attaqués par le général. 

Pour ces deux épisodes consacrés à Charles de Gaulle, notre invité est Olivier Beaud, professeur de droit public à l'université Panthéon-Assas, auteur de La République injuriée, histoire des offenses au chef de l'état (PUF)

Les cinq épisodes de cette série, de Napoléon à Macron, sont déjà disponibles en podcast ! 

Episode 1 : rois et présidents caricaturés (1804 - 1881)

Episode 2 : la loi de 1881 protégera-t-elle les présidents ? (1881-1945)

Episode 3 : quand l'extrême-droite canarde De Gaulle (1945-1969)

Episode 5 : De Pompidou à Macron, les présidents agacés (1969-2020)

Les invités
  • Olivier BeaudProfesseur en droit public à l'université Panthéon-Assas
Les références
L'équipe