Silencieux depuis l'éclatement de l'affaire il y a un an, le créateur du désormais célèbre groupe Facebook "La Ligue du Lol" s'exprime pour la première fois.

Essayons de résumer l’affaire calmement. En 2010, Vincent Glad, jeune journaliste féru d’Internet crée un groupe Facebook, La Ligue du Lol. Une quarantaine de personnes y participeront au gré des années, charriant volontiers ce que le web a charrié à ses débuts, le pire de la moquerie. Neuf ans après, à l’ère MeToo, la parole se libère. Ces vannes acharnées, si virtuelles fussent-elles, ont fait du mal. Beaucoup de mal même à certains. Un article de Libération met alors le feu aux poudres. La Ligue du Lol devient l’emblème du harcèlement en ligne, notamment sexiste et homophobe. 

C’est un tsunami médiatique

 Un à un, ses anciens membres sont presque tous licenciés de leurs jobs et le nom de Vincent Glad est matraqué jusque dans la presse étrangère. Aujourd’hui, il publie une note de blog, sur la plateforme Medium. 63 pages d’analyse - denses et intelligentes - pour pointer l’invraisemblable faillite de la presse dans cette affaire. 

Selon lui, des journalistes mélangeant tout, ne vérifiant rien et des employeurs licenciant des collaborateurs sans motif réel. Et ce, dans la grande ignorance - ou amnésie -  de ce que fut le web, tout le web, de ces années-là. Peut-être, mais cela suffit-il à justifier que d’aucuns aient à ce point morflé ?      

  • Légende du visuel principal: Vincent Glad raconte sa "Ligue du LOL" © Maxppp / ETIENNE LAURENT
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.