Jon Swain, figure du grand reportage, a écrit il y a 25 ans ses mémoires de la guerre du Vietnam et du Cambodge. Elles ne sont traduites qu’aujourd’hui en France. Il est l'auteur de « River of time » aux éditions des Equateurs.

Un hélicoptère et des soldats américains dans la région du delta du Mékong au Vietnam, juillet 1970
Un hélicoptère et des soldats américains dans la région du delta du Mékong au Vietnam, juillet 1970 © AFP / CONSOLIDATED US AIR FORCE / U.S._AIR_FORCE_VIA_CNP / DPA PICTURE-ALLIANCE

Le journaliste Jon Swain

Plongée en piqué sur les terres du Mékong, entre 1970 et 1975. Ce tout jeune journaliste britannique se rue au Cambodge et au Vietnam. Il a 21 ans, il rêve de se frotter à la mort et au danger, fascination hypnotique pour les mystères de l’Indochine. Du romantisme de la guerre jusqu’à son horreur la plus effroyable, « River of time » sonne comme un récit initiatique, un passage à l’âge adulte dans les bordels de Saigon et le bain de sang que fut la chute de Phnom Penh. Jon Swain n’ouvre pas ce livre comme il le termine. Le lecteur non plus.    

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.