Le réalisateur Simon Bouisson signe une fiction interactive qui retrace, à travers trois points de vue, un soir d’attentat terroriste à Paris.

Une fiction interactive, trois récits d'approches différentes

Je vous parle d’un film, ce matin. Peut-être irez-vous le voir ensuite. Mais... nous n’aurons pas vu le même. Chacun aura dans la tête des images différentes. Voilà qui modifie radicalement l’expérience du spectateur ! 

C’est une fiction interactive : trois récits, dans trois endroits différents, trois histoires qui se déroulent en même temps, et c’est au spectateur de choisir où il regarde. On passe, quand on veut, d’un récit à l’autre en faisant glisser son doigt sur l’écran.

Le film s'appelle « République ». Il est à télécharger sur téléphone ou tablette. Et il raconte un soir d'attentat à Paris. Non, ce n'est pas le 13 novembre. Mais les réactions de chacun face au pire font penser, oh combien, à cette soirée de 2015... 

Alors la fiction a-t-elle un rôle à jouer pour se remettre collectivement du pire ? Et que peut apporter ce dispositif interactif ? « République » utilise un procédé contemporain pour aborder un sujet contemporain. 

Comme si on y était 

Simon Buisson : "Ça impose au spectateur de faire un choix et ça semblait évident de déployer cette interactivité sur ce sujet parce que c'est un sujet difficile et on ne voulait pas imposer un récit à notre spectateur. C'est pour ça qu'on a fait le choix de l'interaction. 

Le plus important, ce n'est pas ce qu'on regarde, mais ce qu'on rate

D'un spectateur à l'autre, on n'a pas les mêmes besoins, la même sensibilité, le même désir sur un sujet comme ça. En fait, comme on a trois récits déployés en temps réel qui suivent des personnages qui n'ont pas vraiment les mêmes objectifs, on se sent aussi proches de l'épicentre de l'attentat. 

On peut choisir le niveau de distance qu'on veut par rapport à l'événement et donc un film qui s'adapte à ce que vous êtes prêt à voir ou pas

On a travaillé avec des psychologues de cellule de crise qui sont déployés soit pour les attentats, soit pour des catastrophes naturelles ou humaines, et qui nous ont déployées dans des termes très techniques toutes les typologies de réactions : la peur panique, la fuite panique, le stress adapté, le stress dépassé, l'apathie... On avait plein de malades, de typologie très théoriques et avec Olivier, on les a traduit en fiction dans les réactions de nos personnages. 

Si on suit tous ces personnages, on va s'apercevoir qu'ils passent tous d'un état à un autre

La suite à écouter...

  • Légende du visuel principal: "République", un film interactif réalisé par Simon Bouisson écrit avec Olivier Demangel © Cinétévé Expérience / Résistance Films / France Télévisions
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.