Dans un numéro spécial "L'Obs" imagine la vie en 2049, interrogeant scientifiques, sociologues et économistes. L'occasion de revenir, avec la directrice de la rédaction du magazine, Dominique Nora, sur sa ligne éditoriale et sa place dans le paysage de la presse française.

Au micro de Sonia Devillers, la directrice de la rédaction de "L'Obs" Dominique Nora, revient sur la page spéciale que sort le magazine ce jeudi, qui interroge les enjeux de l'accélération des sciences et des techniques, sur la vie d'aujourd'hui et de demain. Un thème qui permet aussi d'interroger au passage la ligne éditoriale du journal : 

Dominique Nora, directrice de la rédaction de "L'Obs"

Dominique Nora a été nommée à la tête de "L'Obs" il y a un an et demi et voulait "un journalisme d'engagement, mais pas systématiquement critique". Bilan en ce début 2020, alors que "L'Obs" publie un numéro spécial épais et broché sur la façon dont nous mangerons, nous nous déplacerons, nous travaillerons et nous nous logerons dans trente ans. On y retrouve toutes les thématiques chères à la patronne de "L'Obs", comme l'écologie et la mondialisation numérique. Mais pendant ce temps-là, la colère sociale gronde. Les Français, eux, n'arrivent plus à se projeter, en tout cas dans une grande majorité. La gauche a déserté le terrain des inégalités pour les laisser aux populistes. Et "L'Obs" là dedans ? Il est la voix de qui ? 

Demain en kiosques, un numéro de "L'Obs", comme chaque jeudi matin consacrée la culture du viol dans le patinage.

On n'est plus seulement un hebdomadaire, on est sur le web à chaque minute

Au sujet de la ligne éditoriale de "L'Obs"

Dominique Nora

"L'Obs", c'est une gauche humaniste, progressiste, qui ne refuse pas le marché, qui veut changer le système capitaliste qui est devenu fou. C'est cette deuxième gauche, la gauche rocardienne

On voit que les grandes entreprises ne prennent pas assez en compte l'écologie, que ce système est à bout de souffle. Il faut le réformer mais on est des réformateurs réalistes. On n'appelle pas au grand soir. L'actualité sociale et l'agitation est traitée par L'Obs en temps réel. Mais le rythme hebdomadaire, quand l'actualité avance à marche forcée tous les jours, c'est toujours compliqué de faire des unes qui soient pertinentes le jeudi, quand on les boucle le mardi.

On est de cette gauche qui est radicalement réformatrice, mais qui n'est pas négationniste, qui ne dit pas qu'il faut jeter le système aux orties parce que ces gens-là ne proposent rien. Nous sommes pro-européens. 

Une grosse partie de nos lecteurs est macron-compatible, on peut le dire, mais beaucoup d'entre eux se sentent trahis parce qu'il n'a pas fait ses réformes sociales. Ce tournant social démocrate, beaucoup de gens l'attendent encore".  

"Notre vie en 2049" : interroger les enjeux de la mondialisation numérique, l'écologie, l'Europe

En revenant sur le numéro spécial du magazine, Dominique Nora explique les raisons qui selon elles font qu'il devient essentiel d'interroger l'avenir et les conditions dans lesquelles ces innovations, ces progrès technologiques peuvent être un vrai facteur de progrès social et humaniste s'il est mis au service du vivre ensemble, au service de la lutte contre les inégalités et au service de la planète : 

Dominique Nora : "L'idée part de cette inquiétude énorme qui monte et qui est légitime sur les transformations dues à la technologie et l'innovation. Cela concerne aussi la médecine, le transhumanisme, etc. Cette inquiétude participe aussi au mal être social actuel. 

Le progrès, on ne le refuse pas, mais on l'interroge

Ce numéro spécial, c'est aussi 14 rencontres événementielles en 2019. On prend la vie de tous les jours : la nourriture, l'habitat, l'amour, le travail et on se demande, dans trente ans, ce que cela va devenir. On voit qu'il y a vraiment une rupture entre des gens utopiques et des gens dystopiques, d'où la nécessité d'interroger ces enjeux. Il y a tous les problèmes éthiques sous-jacents qu'il faut interroger

C'est toute une conversation qu'on entretient avec des experts, des écrivains de science-fiction, et des entrepreneurs. C'est une manière d'aller à la rencontre de nos abonnés, de nos lecteurs qui sont très en demande de ce dialogue-là. 

Je pense que la technologie et les innovations peuvent être mises au service de choses formidables

La suite à écouter...

  • Légende du visuel principal: Dominique Nora, directrice de la rédaction de "L'Obs" © Radio France /
Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.