La directrice générale d'AJ+ vient exceptionnellement nous parler de son service d'actualité numérique en anglais, en arabe et en espagnol.

Impossible d'y échapper si vous vous promenez sur les réseaux sociaux : des vidéos courtes, très rythmées, très colorées, souvent sous-titrées, pour qu'on puisse les regarder sans le son. Elles sont diffusées par des médias en ligne, qui veulent capter le public là où il se trouve (sur Facebook et Twitter) et n’ont pas de site internet, encore moins de support papier : tout passe par les réseaux sociaux. Depuis quelques mois, en France, aux côtés de Brut et de Loopsider, AJ+ s'est installé sur ce créneau de l'info en vidéo, virale si possible. 

La directrice générale d'AJ+ est mon invitée ce matin. Elle vit à Doha, au Qatar. 

Oui car AJ+ (c'est loin d'être un détail) appartient au groupe Al Jazeera, empire médiatique détenu par la famille royale qatarie. On va voir avec Dima Khatib s'il est dangereux de dépendre uniquement de Facebook et Twitter pour un média d'information... et quel est le degré d'autonomie, d'indépendance, d'AJ+ à l'égard du régime qatarien. 

Dima Khatib est journaliste, et était traductrice de formation : elle parle huit langues, dont le français, ce qui nous arrange pas mal ce matin.

Légende du visuel principal:
Dima Khatib, directrice du média AJ+ : service d'actualité exclusivement sur les réseaux sociaux lancé par Al Jazeera © Getty / Eamonn M. McCormack
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.