Les journalistes, en France, sont-ils trop riches, trop blancs, trop citadins ? Le reproche est récurrent, il a pris de l’ampleur cette année avec la colère des gilets jaunes. Questions à l'association "La Chance", qui milite pour plus de diversité dans les médias.

C'est un joli mot, qui convoque des images de gagnants au loto ou de trèfle à quatre feuilles. La chance, puisqu'il faut l'appeler par son nom, est notre sujet du jour. Mais que diable vient-elle faire dans L'instant M ? Et bien c'est le nom d'une association qui agit pour plus de diversité dans les médias. Par exemple en aidant des jeunes gens issus de classes populaires à intégrer les écoles de journalisme. 

Car les rédactions ne ressemblent pas à la France, quels que soient les critères sur lesquels on se fonde. Ce reproche est ancien et récurrent, mais il a repris du poil de la bête cette année, avec la colère des gilets jaunes. Le public cherche sans doute, dans les médias, un miroir de la société française. Et ce miroir est déformant.

  • Le site de l'association La Chance est à retrouver ici
  • Et pour réécouter le podcast de Khedidja Zerouali, c'est ici 
Les invités
  • Marc EpsteinJournaliste, président de l'association La Chance
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.