La Suisse va-t-elle supprimer la redevance du service audiovisuel public suisse ?

Manifestations aujourd’hui à Berne. Le 4 mars, les Suisses sont appelés à voter « pour ou contre » la redevance. Comment fonctionne la démocratie helvétique pour que cette proposition de trois trentenaires germanophones soit devenue un débat national ? Si la suppression de la redevance est votée, qu’adviendra-t-il des radios et télévisions publiques de tout le pays ? Qu’adviendra-t-il également des fréquences de diffusion ? Qui pourrait s’en emparer pour combler le vide ? Cela coûte-t-il moins cher de s’abonner à des chaînes payantes pour regarder ce que l'on aime que de payer pour une télé nationale en plusieurs langues ? En Suisse, tout le monde en parle.  A l’heure où la France s’interroge sur l’avenir de son audiovisuel public, allons voir ce qui se passe dans un pays qui sera peut-être le premier d’Europe à y renoncer complètement.       

Dans quelques minutes, nous serons en duplex avec Pascal Crittin, directeur de la RTS – les chaînes publiques de la Suisse romande. 

Un mot, avant de commencer. Si j’ai un conseil de podcast à vous donner ce matin, c’est sur le site de France Culture. Nos confrères de « la compagnie des auteurs », émission diffusée du lundi au jeudi à 15h, ont consacré toute leur semaine dernière à David Simon. L’un des géants de la série américaine, auteur de The Wire – une œuvre indépassable dont on fête les dix ans.  

Entretien absolument passionnant à réécouter sur le site de France Culture. Sachez également que le magazine  Society publie un très beau reportage photo sur Baltimore – dix ans après The Wire qui plongeait dans les tréfonds de la ville.  

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.