Ce matin, dans un "Instant M" plus court suivi du "Rendez-vous du médiateur ": une application mobile de visionnage de vidéos hébergée par Youtube destinée principalement aux jeunes enfants.

L'application mobile a été créée en 2015 aux États-Unis et lancée en France en 2016. Elle affiche 70 milliards de vues et a été téléchargée deux millions de fois. Ce qui la place en leader absolu du secteur. Il faut rappeler que Youtubekids a été créée comme porte d’entrée à l’univers Youtube, qui je le rappelle est interdit, en principe, aux moins de 13 ans, et permet aux parents paresseux comme moi, de souffler quelques minutes en lâchant les rejetons sur Sam le pompier, Peppa Pig ou Thomas le train. Avec l’assurance, de les exposer à du contenu sécurisé, loin des horreurs que l'on peut trouver en ligne.

Reste qu’avec 11 millions de spectateurs qui se connectent chaque semaine, l’application ne semble pas aussi sécurisée que ça. Alors où est le problème ?

Le problème c’est la façon dont sont agrégées les vidéos sur Youtubekids. Elles proviennent toutes de la plateforme mère Youtube, après une sélection opérée par des algorithmes. Et c’est là que le bât blesse. 

Les algorithmes sont faillibles 

Et pas qu’un peu. Il se trouve que Youtubekids dans sa version anglo-saxonne s’est déjà fait épingler l’an dernier pour avoir diffusé des vidéos très inappropriées, avec un Spiderman qui urine sur la princesse des neiges, ou avec une Peppa Pig la clope au bec, quand on ne voit pas Minnie se faire hacher menu dans un escalator.

Et apparemment il y a pire. Youtubekids s’est fait récemment interpeller par le site américain Business Insider pour avoir rendu accessible des vidéos conspirationnistes.

Ils ont par exemple trouvé des vidéos qui mettent en doute l’alunissage, qui affirment que la terre est plate, ou encore des vidéos de David Icke, un complotiste britannique totalement à l’ouest qui explique qu’Obama ou la reine d’Angleterre sont en fait des reptiliens qui cherchent à dominer le monde. 

Youtubekids

Sur la version française de l’application pour enfants, on peut tomber notamment sur ceci : 

Franchement je me vois mal expliquer le drame de l’affaire Grégory à mes deux petits de 3 et 6 ans. Imaginez le malaise. Mais il n’y a pas que ça sur Youtube kids en français. 

J’ai trouvé par exemple :

  • une vidéo d’un montage de Jean-Marie le Pen faisant un pet durant une minute de silence aux victimes juives du nazisme, 
  • des vidéos racistes de Henri de Lesquen, personnage d’extrême droite condamné de multiple fois par la justice française, 
  • une vidéo qui montre un individu habillé en SS. 
  • des vidéos de démonstration de matériel militaire ou des vidéos politiques avec Trump ou Poutine. 

Comment a réagi la plateforme américaine à ces différentes polémiques ? 

Alors il se trouve que l’équipe de Youtube m’a contacté, après que je me sois plaint sur Twitter, en m’invitant tout simplement à signaler les vidéos problématiques. En gros, c’est aux parents de faire le boulot. Youtube s’est défendu publiquement en expliquant qu’avec 400h de vidéos mise en ligne chaque minute, les algorithmes ne peuvent pas tout filtrer

C’est pourtant ce que proposent certains de ses concurrents, qui eux, font une sélection de contenu vidéo filtrée a priori par de vrais humains. Reste qu’aujourd’hui l’application est en position de quasi monopole. 

Alors qu’elle veuille conquérir l’énorme marché du contenu pour les tout petits, pourquoi pas. Mais franchement, à quel prix ?

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.