Dans « « Vincent tout puissant » aux éditions JC Lattès, Jean-Pierre Canet et Nicolas Vescovacci enquêtent sur les réseaux et les méthodes d’un des hommes les plus puissants de France.

Leur enquête sur le Crédit Mutuel a fait l’objet d’une censure à l’ancienne. Un milliardaire, Vincent Bolloré, rachète une télévision, Canal+. La diffusion du film entre en conflit avec ses intérêts. Poubelle. Erreur. Le reportage est récupéré par France 3. Scandale et audience massive là où cela aurait dû rester confidentiel. Après cet épisode, l’auteur et le producteur de ladite enquête en ont entamé une autre. Très vaste. Mettre à jour les réseaux d’influence et les stratégies de conquête de l’homme d’affaires breton, puissamment implanté en Afrique, magnat des médias en France. Une histoire parfois très technique, parfois très cinématographique, faite de curés tradis, de poulets Thui Thui, de banquiers mentors, de présidents de la République et de grands flics.  

Les brèves de l'Instant M

La Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) saisit le CSA, ainsi que les responsables des commissions de l’Assemblée nationale et du Sénat, tant en écrivant à la ministre de la culture pour lui demander « de faire cesser des pratiques que l’on n’a jamais vues dans l’audiovisuel ». L’histoire est la suivante. Voyant son chiffre d’affaires baisser, Canal+ a voulu baisser les droits d’auteurs que ses chaînes doivent payer à chaque diffusion d’une fiction, d’un documentaire, etc… La SACD a déjà poursuivi Canal+ en justice l’année dernière. Mais le groupe a préféré régler les droits demandés avant jugement. La paix armée n’aura pas duré. Le conflit est reparti. 

C’est à lire dans Les Echos ce matin. Les pistes proposées par France Télévisions pour faire travailler ensemble chaînes et radios publiques. Notamment la création d'un nouveau rendez-vous d'information politique régional, diffusé à la fois sur France Bleu et le réseau régional de France 3. Il prendrait la forme d'un débat autour d'une question d'intérêt régional. L’idée d’une matinale commune se poursuit : une émission hybride radio/Tv pilotée par France Bleu, sur la tranche du 7h-9h, avec des news et des services de proximité. Un premier numéro pourrait avoir lieu à Paris. Autre possibilité : la diffusion simultanée d'une émission en matinée (un peu plus tard), pilotée cette fois par France 3, portant sur les questions de vie quotidienne. Dans la musique, aussi, les opérations de découverte des jeunes talents de France Bleu pourraient être relayées par France 3. Ce ne sont que des documents de réflexion. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.