En 2017, Emmanuel Macron promettait de renouveler le personnel politique en y injectant du sang neuf issu de la société civile. Au risque de l'amateurisme ? C'est le postulat de l'éditorialiste Jean-Michel Apathie, qui publie "Les amateurs, les coulisses du quinquennat".

Un monde ancien à qui l’on donne congé. Des femmes et des hommes portés par une radicale nouveauté. Le clan Macron s’est présenté aux Français revendiquant avec morgue sa jeunesse, sa pureté, son casier politique vierge. L’amateurisme comme crédo, garantie d’une façon de faire réinventée. Cinq ans après, ces gens-là ont désormais un passé et des comptes à rendre. Le journaliste Jean-Michel Aphatie dresse un bilan de ce quinquennat et de ses multiples ratés, dévoilant les effets concrets de l’amateurisme : « impréparation, improvisation, imprécision ».

La coulisse, encore la coulisse, combien de livres sur les coulisses ? Mais quelle image de la politique finira-t-on par donner aux Français à force, nous journalistes, de ne voir la politique que par le trou de la serrure ? N’y a-t-il donc plus rien de grand, de noble dans l’exercice de l’Etat qui ne puisse se réduire à un ramassis de petites médiocrités humaines ? Je suis heureuse de pouvoir poser la question à un confrère qui a quarante ans de carrière.

  • Légende du visuel principal: Jean-Michel Apathie en 2012, au Grand Journal © AFP / JACQUES DEMARTHON
Les invités