Paris Première consacre une enquête au candidat républicain.

Mais que peut-on y apprendre de nouveau ? Car cela devient un problème, tant ses exubérances, ses vociférations anti-mexicains ou anti-musulmans et ses insultes ont fait le bonheur des écrans sous toutes leurs formes.

Le documentaire que s’est procuré Paris-Première est signé Matt Frei ancien correspondant à Washington de Channel 4 . Il possède donc une connaissance intime des arcanes de la politique américaine. Cela lui permet de creuser des angles peu abordés ailleurs, Trump se trouvant trop souvent réduit à un guignol multimilliardaire et populiste.

Qu’apprendrez-vous donc, 45 minutes, dans ce documentaire ?De la bouche du premier ministre écossais, que Trump peut s’avérer un homme d’affaire véreux et même menaçant pour ceux qui s’opposent à ses projets. L’homme d’Etat a prévu de se réfugier au Pôle Nord en cas de victoire électorale, tant il lui semble dangereux de confier les codes nucléaires à une personnalité aussi agressive qu’instable.

Campagne de Donald Trump dans le New Hampshire
Campagne de Donald Trump dans le New Hampshire © MaxPPP

Trump est parti très riche dans la vie et il a décuplé l’empire immobilier de son père en prenant d’assaut Manhattan à une période où la ville est en faillite, largement dominée par la corruption et la mafia. Cela aurait profondément marqué sa vision et se méthodes. Y compris dans les années 80 où il enchaîne les fiascos dans le secteur des casinos. Dans l’enfance, Trump était déjà une petite brute, à qui papa répétait à longueur de temps qu’il deviendrait « un tueur » . Sa première épouse, Ivana, a déposé plainte sous serment pour coups et pour viol. Leur divorce a été assorti d’une obligation de silence.

L’autre fil très intéressant déroulé ce soir, ce sontles fractures au sein même du parti républicain que révèle l’irrésistible ascension de ce personnage. Il n’y aurait, en réalité, pas plus virulente à son encontre qu’une partie de la droite américaine à qui il fait horreur . Ceux-là pointent d’ailleurs deux faiblesses peu commentées : il demeure mal-aimé des Chrétiens évangéliques, primo. Secondo, ses fervents supporters sont les pauvres. Or, les pauvres votent peu. Comment transformer la machine de guerre publicitaire que sont devenus ses meetings politiques en rouleau compresseur électoral ? La question reste entière.

Le monde fou de Donald Trump sur Paris Première à 20h45

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.