Sonia Devillers a décidé d'écrire une lettre au soap opéra, modèle dans son genre...

L'actrice américaine Eva Longoria (dans le rôle d'Isabella Brana) partage un moment intime avec Doug Davidson (Paul Williams) dans une scène de l'épisode 7441 des "Feux de l'Amour" ("The Young and the Restless")
L'actrice américaine Eva Longoria (dans le rôle d'Isabella Brana) partage un moment intime avec Doug Davidson (Paul Williams) dans une scène de l'épisode 7441 des "Feux de l'Amour" ("The Young and the Restless") © Getty / Cliff Lipson/CBS Photo Archive

Cher Feux de l’amour,

Je t’aime d’un amour sincère, mais personne ne va me croire.

Car de tous les feuilletons qui passent à la télévision, tu es le plus tarte. Tes acteurs ont la mâchoire carrée, tes actrices la permanente peroxydée. Genoa City est une ville de carton-pâte vouée à la stupidité. Les familles Newman, Abbot et Chancelor vont finir complètement dégénérées à force de huis clos dans tes studios.

Cette endogamie de la rivalité les abrutit d’autant plus que tu les fais parler à trois à l’heure, que tu interromps la séquence entre chaque phrase, que tu les forces à se regarder, intenses, les violons remplaçant les dialogues jusqu’à ce que mort s’ensuive…

Tes intérieurs éclairés au chandelier, tes gros canapés tapissés, tes photos posées sur de fausses cheminées dont la flamme ne s’éteint jamais…

En plus d’être tarte, tu es très laid. Pourtant, je t’aime. Je t’aime parce qu’aujourd’hui, CBS diffuse le 11 000e de tes épisodes aux Etats-Unis.

Parce tu es né deux ans avant moi et que tu es toujours là. Parce que j’ai raté mes études à cause de toi. En khâgne, je rentrais chaque midi à la maison et je te regardais, la paupière mi-close, avec cette mauvaise conscience de l’écolière qui faillait à sa tâche. Tu n’en étais que plus magnétique.

Ma khâgne, je l'ai redoublé. Avec Victor, Katherine, Brook et Ridge, une deuxième année j’ai passée. Le concours de Normal Sup, j’ai définitivement foiré.

Je t’aime quand même, Feux de l’amour. Pour ce temps infini que tu m’as pris. Et que j’ai savouré. Merveilleuse expérience de la durée. Dans ma vie, tout s’est follement accéléré. Et puis, j’ai vieilli. Toi, tu n’as pas bougé. Sur TF1, après le déjeuner. Merveilleuse école de la lenteur et de la longévité.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.