Je voulais commencer par répondre aux auditeurs, ce matin…Auditeurs qui, à l’instar de Morgane, s’offusquaient sur Twitter : " Quoi ? Les survivants de l’infini sur Ciné FX – j’avoue, c’était fumeux - alors que c’était le jour maudit de la dernière de30 Millions d’Amis ?

Une émission qui, je cite toujours notre auditrice, « a tellement servi à faire évoluer les mentalités et le statut de l’animal ». Oups…

Chère Morgane, je suis bien triste de vous savoir si triste et oui, la télé nous laisse parfois orphelin. Moi, je ne lui pardonnerai jamais de m’avoir enlevéAlbator . Je me voie encore en CM2, scrutant les cieux, priant pour que le pirate de l’espace pose son vaisseau dans la cours de récré et que, devant toutes mes copines, il vienne me chercher. J’ai espéré avec une intensité dont seuls les enfants sont capables. J’en ai encore la chair de poule. Au lycée, j’aurais tué pour un épisode de Beverly Hills et, je vais vous dire, si Catherine et Liliane rendent leur tablier, je vais tomber gravement malade.

Cela fait de moi l’amie des chevelus balafrés, des cagoles californiennes et des secrétaires quinquagénaires, mais… pas des bêtes. J’en suis absolument désolée. Je veux bien faire un effort pour les tortues de terre et les ornithorynques – dont le potentiel comique me semble illimité – mais, les chiens, j’peux pas , j’peux vraiment pas.

30 millions d’amis a sûrement fait avancer la cause, comme la télévision en a fait avancer beaucoup, mais ça ne doit pas l’empêcher d’avancer elle-même. Il y a 30 millions de façons tellement plus modernes, malines et enlevées de traiter le sujet, non ? Promis, Morgane, dès que j’en repère une sur les grilles de programmes, j’en cause ici-même et ce sera rien que pour vous.

Grease, 1978
Grease, 1978 © HA/PHOTOSHOT/MAXPPP

En attendant, sachez que parfois, un immense amour cathodique chasse l’autre. Tenez, par exemple,Paris Première diffuse ce soirGrease . C’est toute ma sixième. Le collège avait eu raison d’Albator . Avec ma meilleure amie, Laurence, on a regardé Grease, 67 fois d’affilée. J’ai même embrassé la télé pour que mes lèvres touchent celles de John Travolta. La fossette, la banane et cette irrésistible stupidité dans le regard. De quoi oublier Mabrouk, Morgane. De l’amour et des blousons noirs.

Grease c’est sur Paris Première ce soir à 20h45

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.