Une très bonne idée ratée, à voir, si ça vous chante, sur Arte . 90 minutes de documentaire sur la Nouvelle Orléans , 10 ans après l’Apocalypse Katrina. Reconstruction racontée par les musiciens de la ville. Cuivres et percus étant la colonne vertébrale de la Nouvelle Orléans. C’est dans la rue que jazz s’y apprend.

De là à perdre son temps ? Non, pas complètement. Le récit de ce qu’ils ont vécu, tous, s’avère poignant. De ces rues puant la mort, du silence désolé qui régna après. Et la ferveur qui accompagna le retour des premiers concerts!

Que faire de la Nouvelle Orléans ? Le prochain Las Vegas ? Ce projet a – sérieusement – été envisagé. C’est le swing qui a finalement triomphé. D’où cette question passionnante. Qu’est-ce qu’une ville ? Qu’est-ce qui forge son âme, son identité quand plus rien ne tient debout ? La culture.

Question qui s’est posée à chaque reconstruction post-bombardement ou catastrophe naturelle. Question qui se pose à chaque réhabilitation de ces quartiers où la notion même de « ville » se meurt et ses habitants avec.

La Nouvelle Orléans reste ravagée par la pauvreté, le chômage et la dope. Mais le lien social est tenace. Normal, la musique fait sonner le brassage pluri-éthnique dont la ville s’est nourrie depuis des décennies.

C’est fou ce que j’arrive à trouver dans un documentaire raté !

> Only New Orleans, sur Arte, ce soir à 22h30.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.