C’est une drôle de coïncidence, pas drôle en fait. France 2 passe « L’Arnacoeur » dimanche soir, l’un des plus jolis succès populaire du cinéma français ces dernières années. Et puis, la semaine dernière meurt Pascal Chaumeil, le réalisateur de « L’Arnacœur ». La chaîne ne pouvait pas prévoir. Il avait 54 ans, mauvaise idée de mourir à 54 ans. Pas besoin de modifier les programmes, donc. L’hommage est déjà là.

L'arnacoeur (film)
L'arnacoeur (film) © Radio France

Regardez « L’Arnacœur », vous allez passer une soirée délicieuse. Genre très codifié que la comédie romantique. Pour qu’il y ait « romantisme », il faut que le garçon et la fille tombent inexorablement amoureux. Pour qu’il y ait « comédie », il faut que « tout » les oppose, que le parcours soit semé d’embûches et que même une fois surmontées, le garçon et la fille éprouvent des sentiments, mais rechignent à se les avouer.

Je vous vois sourire d’ici, il y a déjà 19 films du genre qui vous reviennent en mémoire.

Je continue. Mieux vaut éviter les bombes anatomiques auxquels nul ne peut s’identifier. Pour les acteurs, vous miserez moins sur la plastique que sur le charme. Dans ce registre, Vanessa Paradis et Romain Duris sont irrésistibles. Il faut aussi un second rôle qui endosse le côté gaguesque de l’affaire. Souvent, c’est le meilleur ami homo, mais dans « L’Arnacœur », la sœur et le beau-frère, Julie Ferrier et François Damiens, sont au-delà du parfait.

Enfin, pourquoi « Pretty Woman » s’intitule-t-il « Pretty Woman » ? Parce que Julia Roberts est very pretty, bien sûr, mais aussi parce que le film récupère le tube du même nom dont il fait sa bande-son. Carton assuré. Un bon vieux standard qui réunit toute une génération. Dans « L’Arnacœur », ce sera « Time of my life », l’hymne de « Dirty Dancing ». Je ne vous dis pas pourquoi. De toutes façons, je me suis débrouillée pour ne pas vous raconter l’histoire de « L’Arnacœur ». Juste vous dire que la déclaration d’amour y est à la hauteur des kings du genre qui sont – tous - américains.

(Ah… Romain Duris…)

> « L’Arnacoeur », hommage involontaire à Pascal Chaumeil, c’est à voir dimanche à 20h55 sur France 2.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.