En revoyant "Le Nom des gens" dans ce contexte politique totalement zinzin, Sara Forestier a donné une foule d’idées à Sonia Devillers .

Sarah Forestier dans "Le Nom des gens" de  Michel Leclerc (2010)
Sarah Forestier dans "Le Nom des gens" de Michel Leclerc (2010) © UGC Distribution

Dans le film, elle couche avec des gars qu’elle estime de droite pour les convaincre de voter à gauche.

On était en 2010. La fille était restée secrètement amoureuse de Lionel Jospin. Tout ce qui ressemblait à de l’ordre et de la morale relevait vaguement du fascisme. Que le cinéma nous rendait la vie simple et joyeuse, en 2010 ! C’était il y a seulement 7 ans.

Imaginez aujourd’hui ! Le boulot de chien des scénaristes. Sans compter la fatigue de devoir coucher autant et avec autant de gens ! Même en y mettant beaucoup d’entrain et de bonne humeur, parce que la chose est joyeuse, on ne saurait pas trop avec qui coucher, vu que les gens ne savent pas trop pour qui voter.

« Pute politique », délurée écolo-baba-cool, c’est drôle, mais faire l’amour pour inciter à choisir la gauche signifie aujourd’hui coucher Solférino et coucher « France Insoumise », ça fait double coucherie.

Et si on tombe sur un type « En marche » ? Comment ça fait l’amour un garçon « en marche » ? Un « debout la France », on voit : débout. Mais « en marche » ?

Ça « Le Nom des gens », ils avaient bien pensé qu’on pouvait s’appeler Arthur Martin et voter Jospin, mais ils n’avaient pas pensé qu’on pouvait avoir un nom de machine à laver et voter Emmanuel Macron. C’est-à-dire ni droite ni gauche. Enfin si, clairement à droite si on est de gauche, ou clairement à gauche si on est de droite.

Voyez, ça va être difficile de baiser juste.

J’ai pensé aussi à ce second tour qui avait défait Jospin en 2002. Elle aurait couché quoi, entre les deux scrutins, la Sara Forestier du film ? Faudra-t-il, fin avril, repartir en besogne ? Refaire l’amour avec un bonhomme d’avant premier tour qu’on aurait déjà arraché à la droite pour le faire re-voter dans l’autre sens, FN oblige ? Ça signifie quoi ? Coucher à l’envers ?

Ce soir, c’est le débat des onze candidats sur BFM Tv et CNews. Pas un institut de sondage n’en mesurera l’effet sur notre libido.Heureusement que le cinéma est là, pour nous réinjecter une rigolote petite dose de 68. Une époque où s’envoyer en l’air et s’engager pour des idées étaient plus important que de bien bouffer. Ma génération s’occupe de mieux manger, mais elle a oublié que de tout son corps elle pouvait désirer une autre société.

► LE PROGRAMME | Le Nom des gens en VOD

La chronique en vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.