Mardi dernier, Augustin Trapenard donnait sur Canal+ la deuxième de « 21cm », son rendez-vous littéraire réservé aux abonnés.

Joann Sfar invité d'Augustin Trapenard dans son émission littéraire "21 cm" sur Canal+
Joann Sfar invité d'Augustin Trapenard dans son émission littéraire "21 cm" sur Canal+

Tous à vos mails et vos tweets ! Cette chronique, je vais me la reprendre en boomerang !

Mais, bon. Mardi dernier, Augustin Trapenard donnait sur Canal+ la deuxième de 21cm , rendez-vous littéraire réservé aux abonnés. Ce qui n’est pas mon cas. J’ai donc regardé ça gratos sur le site la chaîne, hier.

Bigre. Que faire ? Et si c’était aussi dans mon cahier des charges de vous dire qu’une vache de bonnes émissions culturelles fleurissent un peu partout dans le PAF ? Ce n’est pas rien. Souvenez-vous, l’année dernière, François Busnel lisait des livres tout seul au milieu du désert. Certes, Elkabach lui venait en renfort de fond de sa Bibliothèque Médicis, mais pour une audience confidentielle. Côté grandes chaînes hertziennes, walou, la culture au trou !

Et d’un seul coup, même C8 va lancer, samedi 15, son magazine culturel, avec Audrey Pulvar, en attendant _Stupéfiant_, sur la 2 et Drôle d’endroit pour une rencontre, sur la 3.

Et moi, qu’est-ce que je fais ? Je vous dis que c’est moderne et que c’est costaud ? Mais c’est Léa Salamé et Nicolas Demorand qui les présentent. Si j’ajoute l’excellent Personne ne bouge sur Arte, animé par Collin et Mauduit, je me fais radier par la commission de la carte de presse ou bien je contemple les fusibles de mon cerveau griller gentiment devant le petit écran !

En même temps, est-ce ma faute si la télé choisit des voix d’Inter pour devenir des visages de la culture ? Non. Sûrement une bonne nouvelle pour la chaîne, le chemin de croix pour moi, chroniqueuse média.

6h53. Emmanuel Perreau, notre directeur des programmes shooté aux somnifères, ne sait pas que je vous parle d’Augustin Trapenard. Enfin, pas encore, après, je vais me faire engueuler. Mais, 21 cm, c’est drôle et gonflé du la part du blondinet. Il met en scène, avec un max d’auto dérision les préjugés qui collent à la peau de sa chaîne et à la sienne. Il parodie ses propres défauts, le narcissisme et l’ego. «21 cm, c’est grand et c’est beau », ça commence comme ça et puis, l’émission s’invitera chez Augustin, où vous attend Jean-François, son chien. Le Trapenard de Canal se crée un personnage d’autant plus réjouissant qu’il est sincère et qu’il gigote, escalade sa bibliothèque, danse, grignote et se déguise, le tout en 46 minutes.

21 cm, c’est la mesure physique d’un livre, comme la télé est ici une incarnation physique de sa passion joyeuse, mais entière, pour le geste littéraire. Du coup, sa rencontre avec Joan Sfar - soit deux obsessionnels qui ne tiennent pas en place - est un corps à corps, nourri de rire et d’esprit. De sketchs aussi, de tarot, de couscous et de mots très beaux sur la prière.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.