SurFrance 2 , ce soir, vous verrez le portrait d’un élu atypique.

Notre personnel politique n’est pas typé, il est archétypé, tant les parcours s’y avèrent socialement normés. Pas étonnant, donc, queFrance 2 ait eu envie de suivre Michel Pouzol , député de l’Essonne, unique ancien RMIste de l’Assemblée Nationale.

Pour être honnête, le film n’est pas très bon. Disons que la démarche est plus intéressante que l’image et la mise en scène, assez faiblardes. Il eut été facile de s’arrêter à ce qu’il y a de plus pittoresque chez Pouzol. Le surendettement, la dégringolade. Sa fille adorée née dans un cabanon en forêt et là, « dans cette putain de merde de baraque de merde, on a réussi à être cambriolés », raconte-t-il la voix encore étranglée d’humiliation et de colère. De HLM en boulots intérimaires, l’homme se réinsère et découvre par hasard François Hollande en meeting.2007, la révélation .

Il prendra bientôt la parole dans une réunion de section pour secouer les permanents du PS, leur dire haut et fort ce que signifie vivre en famille avec les minima.Benoît Hamon le repère et le balance aux élections cantonales. La bataille sera féroce, il la remportera.

Michel Pouzol passe toujours ses vacances au camping. Derrière sa barbe, son sourire de bon vivant auvergnat, de rugbyman bedonnant, il cache un manque viscéral de confiance en lui. L’usurpateur vit dans la peur d’être démasqué. Quelle légitimité moins discutable pourtant que celle du suffrage universel ? Mais Michel Pouzol se sent des comptes à rendre. Moins qu’un portrait, c’est un film sur l’engagement. Sur le rude quotidien d’un député qui voit peu sa gosse : nuits passées à lutter sur des amendements dont tout le monde se fout, campagnes passées à tracter, journées à recueillir misères et doléances de ses administrés. Et la guerre des nerfs que mènent les frondeurs dont il fait partie, « parce que si je vote ça et que je rentre chez moi à deux heures du matin, j’ai honte », dit-il. Loin très loin, des calculs carriéristes et d’une politique spectacle que les chaînes de télé cherchent désespérément à réinventer. Une vie qui ne fait pas envie, mais qui pourtant rassure aussi.

Michel, du RMI à l’Assemblée Nationale , c'est sur France 2 à 23h20

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.