Je suis complètement crevée. Mes deux jours de congé fin février, c’était pas assez. Sauf qu’entre ce Pol Pot d’Éric Delvaux et cette crapule d’Emmanuel Perreau (c’est le directeur des programmes qui ne dit jamais qu’il part en vacances , des fois que ça nous donnerait des idées), c’est tout ce que j’ai pu arracher. Pire, ma petite émission de 9h40, elle est coincée entre Augustin Trapenard, qui préfère mourir dans d’atroces souffrances plutôt que de lâcher le micro, et Bruno Duvic, le meilleur élève des animateurs radio, limite fayot.

Or vous, qui êtes déjà dans la bagnole à cette heure-là, vous savez comme moi que le réveil à 5h15 tous les matins, il y a un moment où ça vous pète le cerveau.

Et quand vous découvrez – en plus – que cette semaine, il n'y a rien à la télé, que des programmes d’une incommensurable pauvreté et qu’il va falloir envers et contre tout chroniquer, je me suis dit que c’était le bon moment pour me faire virer. De toutes façons, pour de vrai, la télé, je ne la regarde jamais.

Acte de résistance numéro 1(Il y en aura un par jour jusqu’à jeudi) :

Demain, je vous récite de la poésie.

Mais, on va commencer pratique. Ce soir, passez 45 minutes au téléphone avec un ami.Parlez, parlez.....

Si vos enfants ont entre cinq et onze ans, lisez leur Le Feuilleton d’Hermès , puis Le Feuilleton de Thésé e chez Bayard , vous n’imaginez pas comme ils vont vous aimer. Lisez Grazia si vous êtes une femme. Lisez le papier de Charles Enderlin sur le gouvernement israélien dans le Monde Diplomatique . Ecoutez Neil Young, mangez des coques, c'est pas cher et facile à faire. Faites à manger comme Françoise Bernard. Simple, réconfortant. Faites durer le dîner… mais j'insiste, sans débarrasser ! Rajoutez de la crème Chantilly, même sur un pauvre petit biscuit, ça répare tout. Trouvez quelqu’un pour faire l’amour. C’est bien aussi en début de semaine. Sinon, liquidez la paperasse qui s’accumule, on se sent mieux après. Sinon, allongez-vous sur le canapé, écoutez le silence, regardez le plafond . C'est bon quand ça s’arrête.

Mais surtout, surtout, ne mettez pas la main sur la télécommande. C’est la future ex-chroniqueuse télé deFrance Inter qui vous le recommande.

Il y a quand même Boulevard du Crépuscule, de Billy Wilder, à 20h55__ sur Arte.

Et si on éteignait notre téléviseur ? C'est le conseil du jour de notre chroniqueuse télé.
Et si on éteignait notre téléviseur ? C'est le conseil du jour de notre chroniqueuse télé. © Topic Photo Agency/Corbis /

L'équipe

Mots-clés: