Ce soir vous avez le choix entre une soirée catastrophe sur France 5 et une soirée Louis Garrel sur Arte. Tout est question de rythme, d’affinité et de rituel du coucher.

Un château en Italie
Un château en Italie © Ad Vitam

« La menace d’un mégaséisme » suivi de « Danger dans le ciel » , si vous aimez vous endormir la peur au ventre. Du cinéma d’auteur, si vous aimez vous endormir la névrose en boutonnière.

Personnellement, je choisis cette dernière. Pas parce que je suis la chroniqueuse de France Inter, mais parcequ’après un film de Valéria Bruni-Tedeschi, avec Louis Garrel dedans, c’est fou ce qu’on se sent normal. Ce qui est psychiquement très reposant de se dire que d’autres sont plus zinzins que soi. Je crois que c’est exactement la fonction remplie par le cinéma de Woody Allen pour la génération de mes parents. Ils sortaient de là, et à côté de celui de Woody, leur couple avait l’air simple.

L’avantage avec Valéria Bruni-Tedeschi, c’est qu’elle pousse l’embrouille psychanalytique au niveau familial. Elle mouille tout le monde : la sœur, la mère, le frère disparu, le père qui n’est plus, l’enfant qui n’est pas encore. Le physique et le symbolique. Si votre famille est aussi compliquée que la mienne, je vous recommande Un Château en Italie , exutoire très sensible. Valéria Bruni-Tedeschi obtient quelque chose d’unique de ses acteurs. Un mélange de théâtralité et de vérité, d’hystérie très littéraire et de spontanéité.C’est SON histoire, mais c’est de la mise en scène. C’est SA famille, mais c’est du jeu. Du coup, c’est la vôtre, de famille, c’est la mienne, mais à distance. Le principe du merveilleux.

C’est tordu, mais ça guérit de l’ordinaire et c'est précieux.

__

Un château en Italie , c’est ce soir sur ARTE à 20h55

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.