«La Télé, vous la regardez autrement, nous aussi ». C’est Télérama qui l’a dit en Une, mercredi.

Traduction : terminé le surmoi, plus la peine d’attendre 20h30. Quatre-cent-cinquante chaînes, du replay, de la catch-up, de la VOD, du streaming. La télé, c’est où je veux, quand je veux. Ok, ok…

Aujourd’hui, journée vautrée dans le canapé, avec la bénédiction de Télérama.La Tour Infernale passe à…13h30 sur TCM. Miam ! 1974. L’inauguration d’un gratte-ciel vire au cauchemar. Un incendie monstre dans la cage d’escalier. Le gotha de la ville piégé au 135e étage.

La Tour Infernale est l’archétype du film catastrophe, le trophée de son âge d’or. Toute la puissance hollywoodienne. Deux studios – la Fox et la Warner - s’allient pour débourser des moyens colossaux. Le casting met en compétition Paul Newman, acteur, le mieux payé de l’époque, et Steve Mac Queen. Au second plan, Faye Dunaway, Richard Chamberlain et même Fred Astaire.

Un rouleau compresseur de spectacle et d’efficacité. L’Amérique assène ici sa suprématie technologique en déployant ses premiers effets spéciaux.

Et pourtant, elle doute, l’Amérique. Partagée entre ses désirs de toute puissance et la culpabilité de s’y projeter. Péché d’orgueil, si vous voulez.,La Tour Infernale , c’est aussi le retour du Titanic . Le plus luxueux, le plus insubmersible des paquebots jamais construit par l’Homme, coulé à pic dès sa première traversée. On ne défie pas les flots impunément. On ne défie pas les lois de la gravité autrement. La Tour Infernale ne triomphera pas longtemps du haut de son record, 550 mètres. Dans « infernale », il y a « enfer », les flammes sont là pour vous le rappeler.

Vertige humain et punition biblique au menu tout à l’heure. Le film n’a pas pris une ride.

Je viens de vous ruiner la sieste. Vous ne piquerez pas du nez.

> La Tour Infernale avec, entre autres, Paul Newman et Steeve Mac Queen, sur TCM Cinéma, à 13h30

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.