Une version signée Robert Carsen et montée à Paris, sur la scène de l’Opéra Comique.

"Platée" de Rameau à l'Opéra Comique est diffusé ce soir sur la chaîne Mezzo
"Platée" de Rameau à l'Opéra Comique est diffusé ce soir sur la chaîne Mezzo © AFP / Photo12 / Gilles Targat

Dans cet opéra, on rigole bien, mais pas seulement. Platée, vous le savez, ça se passe, théoriquement, dans la mythologie grecque et ça raconte les turpitudes des dieux qui ont deux problèmes dans la vie : la jalousie et la fierté. Jupiter ne supporte plus la jalousie de son amoureuse, la trop fière Junon.

Alors, il décide de faire semblant de tomber amoureux de Platée, une femme très moche et complètement tarte.

Dans la plupart des mises en scènes qui ont été faites de cet opéra, les comédiens sont déguisés en batraciens, parce que c’est une indication de l’auteur, qui voyait dans le marécage où vivent traditionnellement les grenouilles, une métaphore puissante de nos sociétés. Mais là, foin de crapauds, puisque le metteur en scène a eu la riche idée de situer l’action dans un univers, au moins aussi peu ragoutant que les marécages, celui de la communication et de la mode.

On entend donc un orchestre subtilement dirigé, on se pâme devant les chorégraphies géniales imaginées par Nicolas Paul et surtout, on se régale en voyant l’affreuse Platée croiser le sosie d’Anna Wintour, la méchante rédactrice en chef de Vogue, et finir dans les bras d’un Jupiter que le metteur en scène a, pour l’occasion, transformé en Karl Lagarfeld. Bref, vous l’avez compris, les vaniteux en prennent pour leur grade.

Et puis, tout se termine bien, puisque Junon guérie de sa jalousie lorsqu’elle découvre que son Jupiter de Jules n’a pas hésité à revêtir un catogan tout pourri, des lunettes noires et des mitaines à clous clous pour ressembler au Keyser de la mode.

► LE PROGRAMME : Platée, de Jean-Philippe Rameau, c'est ce soir sur Mezzo à 20h30.

La chronique en vidéo

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.