Sonia Devillers a regardé la nouvelle émission de Yann Barthès...

L'équipe de "Quotidien", la nouvelle émission de Yann Barthès
L'équipe de "Quotidien", la nouvelle émission de Yann Barthès

Jeudi dernier, j'ai interviewé Yann Barthès. J’étais sauvagement intimidée. Je croyais voir débarquer l’animateur triomphant du Petit journal de Canal, gonflé aux stéroïdes du succès, dopé à l’hélium d’un humour décontracté. J’ai vu arriver un garçon frêle, baskets et sac à dos à palmiers, tremblant, terrassé à l’idée d’être interviewé. Bref, les questions ressemblaient à des attaques, les réponses à une défense bunkerisée. Et j’ai tout raté.

Jeudi, j’ai demandé à Yann Barthès, si son Petit Journal avait été une « émission de gauche ». Il s’est raidi, me disant qu’on lui en avait déjà fait « le reproche ».

Mais, faire une émission de gauche, Yann Barthès, ce n’était pas un reproche. Ni un cliché dont vous vous êtes si habilement joué hier soir, opposant les bobos de Canal+ aux BCBG de TF1, votre nouvelle maison.

Dans les derniers mois de son existence, votre Petit Journal a traqué des promesses non tenues, pointé les tentations extrémistes, défendu haut et fort le droit des minorités partout dans le monde. Interviewée en ouverture de la nouvelle émission, Nadine Morano a qualifié cette ligne éditoriale de « propagande » et de « désinformation ». A prendre comme un compliment, évidemment.

Au printemps, Le Point vous avait traité de « prêcheur de la pensée dominante ». Hier soir, dans Quotidien, vous avez justement consacré un sujet à ceux que dénonce désormais Nicolas Sarkozy, « les bien-pensants ».

Il en ressort que face à la montée d’un camp réactionnaire et à la banalisation d’un discours hyper droitier, on peut être fier de bien penser. J’irai même plus loin. Face au déchaînement néo-libéral de certaines chaines d’info, face à la dérive de certains talk-shows qui piétinent les livres et la culture sous prétexte qu’ils seraient l’apanage de l’élite, on peut être fier de faire de la bonne télé. De la télé qui fait rire et réfléchir, qui rend hommage à tout ce qui nous fait danser et penser. Les deux ne doivent pas s’annihiler, sinon attention, danger.

Quotidien a démarré hier soir sur TMC. C’est Le Petit Journal en plus long, pas encore très bien rythmé. Tout à l’heure, on ne parlera que de ses audiences. Pas du fait, qu’il fait la différence.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.