C'est à l'occasion d'une grosse insomnie que Sonia Devillers a redécouvert les programmes télé de la nuit.

Et France 2 réinventa le cinéma de minuit... à 2h du matin
Et France 2 réinventa le cinéma de minuit... à 2h du matin © Getty / MECKY

Cette nuit, la chaîne publique a diffusé Jacky au royaume des filles, un truc assez baroque de Riad Sattouf. Une sorte de dictature d’opérette dans laquelle les femmes portent la culotte, l’uniforme et les étiquettes du pouvoir, tandis que les hommes, de préférence voilés, sont leurs objets sexuels.

Ça alors, me dis-je! Mais qu’est-ce que ce bidule cinématographique fiche à deux heures du matin à la télévision?

Du coup, je remonte le temps. Et là, bingo! Lundi dernier, 2h15 du matin : La Grande Bellezza, le chef-d’œuvre de Paolo Sorentino occupait l’antenne de France 2 jusqu’à 4h30.

La semaine précédente, démarrait à 2h25 de la nuit, Jimmy P (Psychanalyse d’un indien de la plaine), le film magnifique d’Arnaud Despléchin avec Benicio Del Toro et Mathieu Amalric.

La semaine encore avant, un Alain Resnais se baladait dans la grille au même horaire totalement zinzin. Et voilà comment une journaliste média découvre une nouvelle case cinéma dont la chaîne ne s’était pas trop vantée. Et pour cause. Après « Le cinéma de minuit », France 2 a donc inventé cette année le « cinéma de 2 heures du matin ».

A cette loufoquerie de programmation, le bon sens trouverait deux explications.

  1. France Télévisions met de l’argent dans de très très bons films qui sortent en salle. Le problème, c’est que les dits très très bons films, ça fait super classe au Festival de Cannes, beaucoup moins pour qui a le nez plongé dans les courbes d’audience du prime time. Du coup, faut s’en débarrasser. Et 2 heures du matin, pour ça, c’est bien.
  2. Autre piste. La subtilissime cinéphilie qui anime les gens de cette grande chaîne publique. Que peut donc unir les longs-métrages cités précédemment si ce n’est leur poésie, leur fantaisie, voire leur puissant onirisme ? La Grande Bellezza ? Un rêve éveillé. Quant au Despléchin, il ne cause même que de ça, de l’étude des rêves.

Alors, elle est pas géniale, l’idée de diffuser des films transpercés par le rêve à l’heure où vous rêvez ? Vous appelez cela un gros gâchis ? Mais non, optons pour une télé en parfaite osmose avec ses téléspectateurs endormis !

Vous en rêviez, France 2 l’a fait. Les seuls que ça empêchent de pioncer sont les cinéastes sacrifiés au cœur de la nuit.

La chronique en vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.