Ce soir, sur France 3 , l’histoire politique croise l’histoire de la télévision. L’année1965 correspond à celle où elles deviendront même indissociables l’une de l’autre. Pour la première fois, le Président de la République française sera élu au suffrage universel. Le Général de Gaulle, pour l’avènement de la Ve République, avait été désigné par un collège de grands électeurs.

Les candidats vont tout découvrir des ficelles et des exigences d’une campagne électorale en quelques semaines. Il leur faudra domestiquer notamment un animal froid et intime à la fois, la caméra. Cinq millions de postes ont déjà fait leur entrée dans les foyers. Et l’on se regroupe devant la télévision, les rues se vident, les Français se passionnent pour ce nouveau feuilleton politique.

Comme le dit d’emblée, au micro, Tixier-Vignancour : « Cela n’a pas été simple de parvenir jusqu’à vous. En 18 mois, j’ai n’a eu droit qu’à une minute de télévision ». Non seulement, l’ORTF, le porte-voix du Général De Gaulle, va s’ouvrir du bout des lèvres à ses adversaires, mais nos concitoyens vont découvrir, médusés, que l’on peut y critiquer publiquement son bilan. « Les Français vous admirent, mais ils ne vous aiment pas, mon Général », attaque un candidat.

C'est fascinant de découvrir, cinquante ans après, comment chacun s’est plié à l’exercice. Un supplice pour François Mitterrand. Un jeu d’enfant pour Jean Le Canuet, incroyablement doué. Ses postures, ses formules n’ont pas pris une ride aujourd’hui. Il maniait spontanément la télé comme nul ne songeait à la faire en France. Surtout pas De Gaulle, convaincu d’y déshonorer son statut présidentiel. Alors, un premier ministre samedi soir chez Ruquier, talk-show populaire : "Il doit se retourner dans sa tombe, le Général ! "

Le documentaire deFrance 3 , très plaisant à regarder, s’avère un peu léger sur les enjeux véritables de ce scrutin. C’est dommage. On y comprend néanmoins très bien le virage qu’accomplissent nos démocraties modernes où l’avènement du suffrage universel se combine avec l’essor du média de masse que sera la télévision. La face de la République – de laRes Publica – en sera définitivement changée.

1965, première campagne pour l’Élysée , ce soir surFrance 3 à 23h30

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.