Il fallait bien 75 000 tonnes de métal pour résister au match France-Albanie de ce soir

Le bateau de l'Enfer, une série de Julian Nodolwsky.
Le bateau de l'Enfer, une série de Julian Nodolwsky. © Arte Creative

75 000 tonnes de métal, c’est l’acier trempé d’un gigantesque paquebot de luxe, c’est aussi la musique préférée des 3000 fans de Heavy Métal qui embarquent chaque année pour une croisière de l’enfer, ponctuée par 60 concerts.

A voir sur le site d’Arte, une série documentaire de neuf fois six minutes. Sur la traversée la plus dingue du monde. Fallait le faire : trimbaler une armada de fans percés, tatoués, chevelus, moustachus, ventrus et surtout entièrement de noir vêtus. Ils embarquent en Floride – ça donne une invraisemblable séquence de pique-nique à la bière (« bière, bière, bière ! ») sur la plage de Miami sous le regard médusé des Ricains qui les prennent pour des satanistes. Et où on les envoie, les métaleux ? En Jamaïque ! Encore plus baroque, l’arrivée à King Stone. Des hard rockers qui écoutent du reggae. Autant mettre des clavecinistes devant des murs d’enceinte d’électro house.

Mais justement, c’est toute l’intelligence de ce doc, toute sa bienveillance et sa tendresse, aussi. A aucun moment, la caméra ne tourne au zoo. Il n’y a ni raillerie, ni singerie. Pour échapper à la simplification, les personnages sont systématiquement présentés comme « fan de métal et des Rolling Stones », « de métal et de Pink Floyd », « de métal de tatouages égyptiens ». Ne jamais les réduire à leur monomanie musicale. Eux qui dans la vie sont banquier, ou neuropsychologue pour certains.

Cette croisière, c’est l’occasion de se couper du monde, de se retrouver entre eux, de réunir trois générations – le métal est né à l’orée des années 70 – et d’être complètement eux-mêmes. Libres et fétichistes.

Reste des séquences hautes en couleur. Je vous conseille vivement la mascotte du bateau, un type qui boit comme un trou, vêtu d’une côte de mailles et d’un chapeau de père noël. Ainsi que le concours annuel de plats à la piscine du pont supérieur. Les disciples de Black Sabbath se jetant à l’eau, bras en croix et grosse bedaine en avant. Finalement, le hard rock, c’est très bon enfant !!

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.