Quelqu’un a-t-il compté le nombre d’heures que cette femme passe sur un plateau télé ?

Ruth Elkrief
Ruth Elkrief © AFP / Eric FEFERBERG / POOL

Hier, on a attendu jusqu’à 14h53 la nomination du Premier Ministre, elle a parlé, parlé, parlé, sans s’arrêter depuis le matin. Quand on attendait la conférence de presse de Fillon qui ne venait pas, c’était pareil. Quand on attendait le ralliement de François Bayrou qui n’est jamais venu, c’était pareil.

Primaires de la droite, primaires de la gauche, débats des primaires, débats d’avant-scrutin, débats d’entre-deux tours, affaires, votes, commentaires des résultats, Ruth Elkrief parle. Cette année, BFM a fait du « breaking news » son mode opératoire permanent au point que la grille habituelle, faite de journaux, de sport, de bourse et de pubs, vient désormais casser une antenne qui avait été elle-même cassée pour coller à l’actualité.

Le banal devient l’exceptionnel, l’exception une banalité. Les surréalistes auraient adoré. Or, en quoi consiste ce renversement sémantique ? A faire parler Ruth Elkrief. Huit mois qu’elle parle, parle, parle, parle, parle avec son sautoir autour du cou. Ce n’est plus de la performance à ce stade, c’est du happening artistique. Et les spécialistes médias de tomber dans le piège « Cyril Hanouna », moi la première. Comme si c’était lui qui faisait le plus de direct sans s’arrêter, jamais, à la télé ! Comme si c’était lui le Guiness Book des records, le même, l’ogre, l’envahissant, l’omniprésent.

Mais l’as des as du « on air » continu, c’est Ruth Elkrief. Les « 35 heures de Babas », elle les avale dans la journée. Notez qu’à BFM TV, les journées ne font pas la même durée, sinon ça fait longtemps que l’inspection du travail, voire la médecine du travail, se serait saisi du dossier. Quant au CSA, il régule le temps de parole des politiques, mais pas celui des journalistes. J’attends de voir leur recommandations, ce serait rigolo. La « jurisprudence Elkrief », qu’elle s’appellerait.

Ruth Elkrief dit-elle des conneries ? Blague ! Evidemment qu’elle en dit. Mais son ratio kilomètres parlés / kilomètres foirés s’avère sans doute plus faible que quiconque tenterait de causer 6 heures d’affilées. La vraie question serait plutôt de savoir si BFM TV attend que vous l’écoutiez. Hier, vous avez allumé la télé, mais tant que le Premier Ministre n’était pas arrivé, vous aviez coupé le son.

La chronique en vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.