Les trois chaînes d’infos continues ont basculé en édition spéciale instantanément, avec retenue et sérieux. Pas d’éditorialistes à l’emporte-pièce, tout de suite recadrés mais des erreurs sur le nombre de policiers tués vendredi soir. Mais pas de décompte foireux des victimes et des cadavres comme on avait pu voir au mois de janvier. Pas de vidéo amateur trash comme cela avait beaucoup marqué sur l'antenne de France 3. Pas d'ilmage du tout, d'ailleurs.

Les caméras sont recluses derrière un périmètre de sécurité. Plan fixe à l’antenne, les infos nous arrivent par le son.

i> Télé décide de ne pas diffuser l’assaut du Bataclan en direct.

BFMTV filme sur le côté, sans image de la façade, donc, à la différence de l’Hypercasher. Le directeur de la rédaction de BFM a d'ailleurs précisé ne pas avoir reçu d’instruction du ministère de l’Intérieur.Ce sont vraiment les chaines d'infos qui ont piloté leur traitement de l'actualité.

Il n’empêche. Le 7 janvier est passé par là. Les mises en demeure du CSA distribuées tous azimuts – pas seulement aux pros du « breaking news » - ont produit leur effet.

Qu’a-t-on vu sur les chaînes généralistes dont les logos étaient tous barré de noir ce week-end ? Un Laurent Delahousse de très bonne tenue sur la 2.

Une édition spéciale non stop qui a commencé par un journal à deux voix Gilles Bouleau/Anne-Claire Coudray, et des éditions essentiellement nourries par la rédaction de LCI, dont on retrouvait tous les journalistes à l'antenne. C’est là qu’on sent à quel point l’avenir de cette chaîne info menacée d’extinction s’avère déterminante pour le groupe TF1.

Côté Canal, aussi, on a mutualisé les antennes : i> Télé retransmise sur D8 et D17. Il fallait trouver une autre formule Canal+ : Maïténa Biraben a bâti un Grand Journal exceptionnel en direct, mais sans public. L’invitation de Claude Guéant, condamné la veille, a un peu surpris ; il n'empêche, les plateaux et le débat étaient à la hauteur.

Même mise en scène sur France 2, samedi soir. Laurent Ruquier avait enregistré « On n’est pas couché » le jeudi soir, avant les attentats. C'était donc indiffusable. La chaîne a recréé le talk-show en direct, idem sans public, gradins déserts, effet visuel ingrat pour les chroniqueurs qui tentaient de faire vivre la conversation.

France 5 s’est également offert une édition spéciale en direct de « C dans l’Air » samedi. En revanche, « Média le Mag », dimanche, est passé aux oubliettes, car émission d’actu avait été elle aussi mise en boite avant les attentats.

Enfin, les déprogrammations : Ardisson sur Canal, Patrick Sébastien sur la 2, « Secret Story » et « Danse avec les stars » sur la Une, « Les Grands du rire » sur la 3. Ce soir, D8 annule « Touche pas à mon poste ».

Le retour du divertissement à la télé ? C’est peut-être un signe à guetter. Quand on aura à nouveau envie de se changer les idées, c’est que la vie aura recommencé.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.